«Suite à l’article paru dans vos colonnes en date du 12 janvier 2017 intitulé : COA «Surfacturation et échecs cuisants»,

j’ai l’honneur de vous faire part de certaines observations concernant cette affaire qui date du mandat 2004/2008 et qui a été définitivement clôturée en son temps au plan administratif, financier et judiciaire. Par ailleurs, je tiens à vous informer que l’opinion publique est bien au fait que le Comité olympique algérien a été la seule institution sportive nationale à réaliser un stade d’athlétisme de cette envergure à une altitude de près de 2000 mètres (Djurdjura), pour un coût global de 250 000 dollars qui comprend la participation et le concours direct du Comité international olympique (CIO) (100 000 USD) et la Fédération Internationale d’athlétisme l’IAAF (100 000 USD) et le COA (50 000 USD) sans aucune contribution de deniers publics. Ce montant, vous en conviendrez certainement avec moi est largement en deçà des coûts de construction pratiqués pour la réalisation de ce type d’infrastructures (stade d’athlétisme) en Algérie et cela peut aisément se vérifier.»

Le président du Comité olympique algérien, Mustapha Berraf