Les autorités se mobilisent d’ores et déjà pour garantir un meilleur contrôle et une surveillance adaptée de l’élection présidentielle d’avril prochain. Le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, et le ministre de la Justice, Tayeb Louh, étaient hier au rendez-vous de la réunion ordinaire du conseil de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), en présence du président de cette dernière, Abdelwahab Derbal. Objectif : assurer une coordination dans la surveillance du processus.

Dans son intervention à cette occasion, le ministre de l’Intérieur s’est félicité du respect des délais de l’élection, estimant que la convocation du corps électoral par le chef de l’Etat « consacre une nouvelle fois sa volonté d’asseoir la démocratie dans un Etat respectueux de ses engagements et de ses rendez-vous électoraux ». Il a ajouté qu’à travers cette mesure, le président de la République « démontre incontestablement que nous sommes dans une véritable démocratie constitutionnelle où l’Etat, fort de ses institutions, honore ses engagements, respecte ses rendez-vous électoraux et veille à ce que le peuple réalise sa volonté en toute liberté et responsabilité ».
S’agissant des préparatifs liés à cette consultation électorale, M. Bedoui a relevé qu’elles se déroulent « à un rythme accéléré », rappelant que la révision exceptionnelle des listes électorales a été lancée hier, une opération dans laquelle il est question de « perfectionner » par le recours aux nouvelles technologies. Il a indiqué, par la même occasion, que des instructions ont été données aux walis et aux walis délégués pour établir «une étroite coordination avec les permanences de la HIISE au niveau local», relevant le rôle
«important» que joue cette instance pour «garantir la transparence des élections».
Pour sa part, M. Louh a salué le rôle du pouvoir judiciaire dans la garantie de la crédibilité des rendez-vous électoraux, relevant que 1 541 magistrats sont répartis à travers les communes du pays dans le cadre de la révision exceptionnelle des listes électorales, en prévision de la prochaine présidentielle. « Le pouvoir judiciaire, en tant que garant des droits élémentaires et libertés appuiera cette instance qui se trouve aujourd’hui face à une grande responsabilité», a-t-il relevé, ajoutant que «la HIISE a prouvé, lors de toutes les précédentes occasions, qu’elle s’acquitte pleinement de son devoir et veille à l’application de la loi, étant l’une des parties garantes de l’égalité entre tous ». Il a souligné que « toutes les saisines faites par l’Instance dans le cadre des dernières élections législatives et locales ont été prises en charge, y compris les mesures de poursuites pénales », notant aussi que «plusieurs jugements ont été rendus concernant les faits à caractère pénal », a-t-il assuré.
S’agissant des préparatifs de la présidentielle 2019, il a expliqué que « les tribunaux trancheront les recours introduits au sujet des décisions prises par les commissions des circonscriptions électorales relatives au refus d’opposition à l’inscription et la radiation des listes électorales ». Les magistrats répartis à travers les communes, à la tête des commissions électorales, se « chargeront de la validation des listes définitives après achèvement de la période de révision exceptionnelle », a-t-il expliqué.
De son côté, le président de la HIISE Abdelwahab Derbal a mis en évidence la nécessité d’œuvrer à combler les vides juridiques constatés lors des précédentes échéances. Il a ainsi plaidé pour une révision de l’ensemble des textes de loi en rapport avec l’organisation des rendez-vous électoraux dans le but de combler les vides juridiques constatés lors des précédentes échéances, notamment les élections législatives et locales organisées en 2017. Estimant que les élections « ont de tout temps créé des polémiques et des différends qui peuvent déboucher parfois sur des confrontations, au vu notamment de leur importance dans l’accession au pouvoir et la gestion des affaires publiques », le chef de la HIISE a qualifié de nécessaire « une révision permanente et continue pour garantir davantage de crédibilité et de régularité ».