Le ministre de l’Agriculture a indiqué, en marge de cette rencontre, qu’il n’y a pas, actuellement, de problème d’offre en matière de viande blanche. Il a laissé entendre que les besoins du marché pendant le mois de Ramadhan seront satisfaits par la production locale. L’offre est liée au cycle biologique, c’est-à-dire au temps mis pour développer les poussins par les aviculteurs. Les éleveurs, selon lui, se sont préparés pour satisfaire le marché pendant cette période. K. R.