Le numéro vert mis en place par le ministère des Transports, sur instruction du Président de la République, était injoignable toute la journée des samedi 23 et dimanche 24 juillet, et ce, malgré de nombreuses tentatives.

Pour rappel, le ministère des Transports avait annoncé, mardi dernier, dans un communiqué, que «dans le cadre de l’amélioration du service public, de la prise en charge des difficultés relatives à l’acquisition des billets d’avion et du suivi des préoccupations des citoyens relatives au voyage à destination et en provenance d’Algérie, le ministre des Transports informe de la mise en service d’une cellule de veille et de suivi au niveau de ses services qui se charge d’enregistrer et de traiter les doléances des citoyens». Il est ainsi précisé dans le communiqué que les citoyens concernés peuvent prendre attache avec cette cellule 24H/24, 7J/7 via l’adresse électronique celluledeveille@mt.gov.dz ou le numéro de téléphone 00 213 23 05 93 42.
Justement, le constat est que, tout au long de la journée d’avan-hier et d’hier, le numéro affiché par le ministère des Transports était injoignable. Composé toutes les demi-heures, le résultat est soit la fameuse disquette «le numéro est actuellement occupé», soit sonne dans le vide durant d’interminables minutes ou encore est en dérangement.
La question qui se pose aujourd’hui est quel est l’intérêt de mettre un numéro de téléphone à la disposition des citoyens et autres voyageurs en quête d’informations et traiter leurs doléances si le téléphone de la cellule de veille est aux abonnés absents ?
De plus, face aux nombreuses anomalies et défaillances qui ont marqué les transports des voyageurs durant cette saison estivale, est-ce qu’une seule ligne est suffisante pour traiter réellement les problèmes des voyageurs et réagir en temps réel pour faciliter leur déplacement comme l’a ordonné le Président de la République ?
Malgré le rappel à l’ordre du Président de la République en direction du ministère des Transports suite aux nombreux scandales qui ont touché le secteur des transports des voyageurs algériens et, notamment, ceux installés à l’étranger, bloqués ou malmenés au niveau des ports de Marseille et d’Alicante, le département des Transports a encore du pain sur la planche afin d’assurer une cellule d’écoute efficace en temps réel.
Par ailleurs, afin de garantir une meilleure gestion dans le transport des voyageurs algériens, notamment les émigrés impatients de retrouver leurs proches après près de deux années de privation à cause des restrictions de voyages dues à la pandémie de la Covid, le représentant de la communauté algérienne en France, le député Tawfiq Khadim, dans une déclaration à un média arabophone, a révélé que des mesures strictes seront prises à l’encontre des fonctionnaires dont il a été prouvé qu’ils sont impliqués dans l’affaire du blocage des voyageurs dans le port de Marseille. Il a également annoncé dans ce sillage qu’il y a de nouvelles nominations qui seront annoncées prochainement au niveau des différents postes et services de l’Entreprise nationale de transport maritime des voyageurs (ENTMV). Le député algérien émet ainsi le souhait que «ces nouveaux responsables soient plus efficaces et intègres» et «nous attendons avec impatience qu’ils puissent enfin offrir de meilleurs services aux membres de la communauté algérienne installée à l’étranger». Il a également appelé à «augmenter les dessertes au niveau du port de Marseille», en estimant qu’«il serait judicieux que ces dessertes supplémentaires soient programmées de manière régulière et non distillées au compte-goutte, comme c’est le cas actuellement».
De son côté, le représentant de la communauté algérienne en Espagne, Farès Rahmani, a souligné que «la souffrance des Algériens au port d’Alicante, en Espagne, n’est pas moins tragique que celle du port de Marseille». Affirmant ainsi la nécessité d’affréter des navires supplémentaires pour évacuer les membres de la communauté et éviter les images désolantes des voyageurs algériens au port d’Alicante, estimant qu’«elles constituent une insulte à l’image de l’Algérie à l’étranger».
Le député de la communauté algérienne en Espagne a également critiqué la programmation d’une seule traversée par semaine entre l’Algérie et Alicante tout en appelant Algérie Ferries d’augmenter le nombre de dessertes maritimes entre l’Algérie et l’Espagne afin de répondre efficacement à la forte demande durant cette période estivale et bannir, une bonne fois pour toutes, la souffrance des voyageurs algériens bloqués au niveau des ports.