Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a indiqué lundi à Alger que le démarrage éventuel du projet d’exploitation de la mine de fer de Gara Djebilet (Tindouf) sera déterminé au mois de septembre prochain selon les résultats d’études réalisées par un groupe chinois.

Répondant aux questions des médias à l’occasion de la signature d’un protocole d’accord pour la création d’une société de transformation chimique des phosphates entre le groupe industriel Engrais et Produits Phytosanitaires (ASMIDAL) et le groupe Manadjim El Djazaïr (MANAL), M. Arkab a indiqué que « les résultats d’un éventuel démarrage de ce projet seront connus en mois de septembre prochain ».

Le ministre a précisé à ce titre qu’un important groupe chinois est en train d’étudier tous les aspects de ce projet, incluant des études techniques, mais aussi des études en termes de sa faisabilité jusqu’à sa finalisation, en incluant la phase de commercialisation.

Pour rappel, un mémorandum d’entente entre l’Entreprise nationale de fer et de l’acier (FERAAL) et un consortium d’entreprises chinoises constitué des entreprises CWE, MCC et Heyday Solar, a été signé fin mars dernier concernant ce projet.

Le mémorandum prévoit un cofinancement du projet par la partie chinoise, avec un coût d’investissement qui ne devrait pas dépasser les 2 milliards de dollars, selon les estimations préliminaires, avait annoncé le ministre.

A noter que la mine de fer de Ghar-Djbilet contient des réserves de 3,5 mds tonnes de fer (haute concentration de phosphore).

Dans une première phase, il sera procédé à l’exploitation de la partie ouest de la mine jouissant de réserves de 1,7 mds de tonnes.

Ce projet vise à garantir et à sécuriser l’approvisionnement des usines nationales de métallurgie et de sidérurgie en matières brutes et la promotion des recettes hors hydrocarbures. Le lancement des travaux de réalisation permettra la création de près de 3.000 emplois.