Zlatan Ibrahimovic n’en finit plus d’étonner. A plus de 39 ans, le géant suédois est en tête du classement des buteurs (devant Romelu Lukaku et Cristiano Ronaldo) en Serie A avec 10 réalisations en 8 matches joués, et il ne compte pas s’arrêter là. L’intéressé s’est exprimé dans un entretien accordé à la BBC vendredi sur son état de forme et ses objectifs. Toujours aussi motivé, il espère bien mener l’AC Milan au titre de champion d’Italie.
A quelques mois de devenir un fringant quadragénaire, «Ibra» ne pense pas à la retraite. «Je continuerai jusqu’à ce que je ne puisse plus jouer à ce niveau. Il faut juste que je reste en bonne forme physique et le reste suivra», a-t-il ainsi affirmé. Mais comment, après tant d’années de carrière, parvient-il à garder le feu sacré ? L’attaquant milanais n’en fait pas mystère, il adore prouver à ses détracteurs qu’ils ont tort et en tire beaucoup d’énergie.

«Je ne cours pas comme je courais avant»
Certains voyaient ses années passées en Major League Soccer comme une sorte de pré-retraite dorée ? Il n’en fallait pas plus pour le titiller. «C’est un défi que j’aime, parce que quand on me dit que c’est trop difficile, que c’est presque impossible, c’est à ce moment-là que je débarque et que je me sens le plus vivant», a-t-il expliqué. Avec 4 points d’avance sur Sassuolo et un match en moins (et 5 sur l’Inter) après 10 journées, l’AC Milan réalise un excellent début de saison dans le sillage de sa star.
Le club lombard n’a d’ailleurs pas encore connu la défaite en Italie (8 victoires, 2 matches nuls). Ibrahimovic ne s’enflamme pas, mais il sait ce qu’il veut. «Nous n’avons encore rien gagné. Si je peux réussir à ramener Milan au sommet, ce sera un sentiment fantastique, parce que ce serait une plus grande réussite que de gagner avec une équipe qui est déjà au top», a-t-il considéré.
S’il affiche toujours une confiance en soi suprême, le Suédois est aussi lucide quant à ses qualités qui ont évolué avec les années. «Je ne cours pas comme je courais avant. Mais je le fais de manière plus intelligente.» C’est ce qui explique son exceptionnelle longévité selon lui. Et Zlatan de conclure d’une formule dont il a le secret : «J’ai joué contre Paolo Maldini, je joue avec son fils Daniel (âgé de 19 ans, NDLR). Avec un peu de chance, je jouerai aussi avec le fils de Daniel. Ce serait un miracle.»