Il a été l’un des éléments le plus important durant la saison du Milan AC. Ismaël Bennacer a connu une première année très aboutie avec le club de la Lombardie. La copie finale est de 35 apparitions (31 en Serie A et 4 en Coupe d’Italie) pour 1 but inscrit et 1 passe décisive. Acheté pour 16 millions d’euros l’été dernier à Empoli, il perçoit 1.5 million d’euros par an. Des émoluments que la direction devrait revoir à la hausse s’elle veut le garder pour son projet de reconstruction.

Vital, c’est ainsi qu’on pourrait qualifier la présence de Bannacer sur la pelouse quand le Milan AC joue. Dans l’entre jeu, son abatage est énorme. L’ex pensionnaire d’Arsenal a su garder sa constance affichée lors de la Coupe d’Afrique des nations 2019, tournoi au terme duquel l’équipe nationale avait été sacrée championne d’Afrique et lui élu Meilleur joueur de la compétition. Assez pour convaincre les Milanais de miser sur lui avec une indemnité de transfert de 16 millions d’euros versée à Empoli. Lié jusqu’en juin 2024 avec les «Rossoneri», le Fennec a pu taper dans l’œil de certains clubs comme le Paris Saint-Germain, le Real Madrid ainsi que Manchester City. Certes, ce ne sont que des rumeurs avec aucune offre concrète de la part des deux derniers. Néanmoins, des informations assez fiables ont évoqué la formulation d’une offre de la part du PSG qui serait disposé à poser jusqu’à 35 millions d’euros sur la table pour obtenir le bon de sorti du Dz. Pour sa clause de départ, elle a été fixée à 50 millions d’euros. Mais elle ne peut être effective qu’au terme de la deuxième année du contrat.

Le PSG à l’affut
Toutefois, la carte véritable du club français reste le redoutable Directeur Sportif Leonardo qui achète souvent en Italie. Là où il dispose d’un réseau solide. Lavezzi, Cavani, Pastore, Marquinos, Verratti, et, par-dessus tout, Thiago Silva ainsi que Zlatan Ibrahimovic provenaient tous de la Serie A. Les deux derniers nommés du… Milan AC. Et ils étaient des têtes de gondole en 2009.
A partir de là, le Brésilien, muni d’un sacré carnet de chèques, peut sérieusement changer la donne et «obliger» la direction du team sept fois champion d’Europe à accorder un quitus à son regista. Aussi, il faut savoir que le salaire que perçoit le natif d’Arles (France) ne dépasse pas les 1.5 million d’euros.
Si le preneur propose une mensualité plus conséquente pour Bennacer, il sera difficile de résister à des envies de départ. C’est pour dire que son actuel employeur devra faire un effort pour l’augmenter et le blinder. C’est la seule façon de le retenir encore longtemps dans l’effectif milanista. Surtout que board veut que le team retrouve son lustre d’antan avec une opération rajeunissement. Surtout qu’il pourra jouer la prochaine Europa League après avoir terminé à une encourageante 6e place suite à un finish incroyable avec 9 victoires sur les 12 dernières rencontres et 3 nuls.

Augmenté d’un million d’euros ?
Lorsqu’on jette un coup d’œil sur la grille salariale lombarde qui a fuité hier, on se rend compte que le «Guerrier du Sahara» ne figure pas parmi les joueurs les mieux payés. Des éléments moins indispensables touchent autant ou plus que lui : Biglia (3.5 millions d’euros), Musacchio (2 millions d’euros), Paquéta (2 millions d’euros), Laxalt (2.2 millions d’euros). C’est Gianluigi Donnarumma (6 millions d’euros) qui a la palme d’or pour ce qui est de la rémunération sur l’année.
En estimation, Bennacer devrait revoir ses honoraires à la hausse entre 500.000 et 1 million d’euros. Il fera partie du plan de prolongation enclenché par le Directeur Sportif Paolo Maldini avec Théo Hernandez, Donnaruma et Ibrahimovic. Pour l’anecdote, le fils de Maldini, Daniel de son prénom, émarge à… 1.7 million d’euros et n’a joué que 26 minutes cette saison. <