La wilaya de Mila produit environ 40 millions de litres annuellement, en exporte 16 vers sept wilayas du pays, totalise plus de 1 800 producteurs et compte trois laiteries. Ce sont là les chiffres officiels de la filière lait, des chiffres dont peut se vanter la direction de l’agriculture. Mila est considérée comme un véritable bassin laitier.

Cependant, aussi paradoxal que cela puisse paraître, ces chiffres aussi énormes soient-ils sont loin de refléter la réalité du terrain car la wilaya, depuis quelque temps, souffre d’un « manque flagrant » de lait « ordinaire » en sachet. Mais entre les chiffres et ce que l’on voit sur le terrain commercial, le fossé est très large. En effet, depuis plus de deux mois, les citoyens, désemparés par l’absence répétée et prolongée de ce produit vital sur les étals des commerces font des pieds et des mains pour se procurer un ou deux sachets de ce produit. Et en trouver par les temps qui courent est un véritable exploit. Certains, vu la crise du lait en sachet qui prévaut, « brûlent la chaîne » et en arrivent aux coups pour se faire servir les premiers. Il faut voir tous ces hommes, femmes et enfants se bousculer et se piétiner devant les épiceries, les superettes et les crémeries pour comprendre que la crise du lait est profonde. Les ménages peuvent-ils se passer de cette denrée ? Les enfants ne peuvent s’en passer vous répondra n’importe quel citoyen. Certains commerçants conscients de l’importance du lait dans la nutrition des enfants, limitent le nombre de sachets par client tandis que d’autres, inconscients ou plutôt explicitement laissent les citoyens en prendre à leur guise, liquident leur stock immédiatement et laissent les clients «se bombarder» d’insultes parfois à l’origine de bagarres et de disputes. Le comble dans toute l’histoire, c’est que le sachet de lait ordinaire est cédé entre 27 et 30 dinars au lieu de 25 dinars, prix imposé par l’Etat. Le sachet de lait de vache est, lui, cédé à 60 DA. Mais où se « déversent » donc les 24 millions de litres restants de la wilaya produits annuellement par les trois laiteries ? Les pis de vaches se sont-ils taris ? Les producteurs de lait auraient-ils changé de métier ? Les laiteries auraient-elles fermé ?