Le RND et le FLN, les deux frères ennemis, unis et séparés, c’est selon, pour le meilleur et pour le pire, ont choisi leurs représentants aux élections partielles des membres du conseil de la nation (Sénat) qui se dérouleront le 29 décembre.

Le parti d’Ahmed Ouyahia a désigné, à l’unanimité, Torchi Abdelhafid, homme d’affaires et entrepreneur fort connu, actuel vice-président de l’APW de Mila et ex maire de la commune de Ferdjioua de 2007 à 2012 sous les couleurs du RND et de 2012 à 2017 sous celles du parti des travailleurs (PT) de Louisa Hanoune. Au RND, le choix de Torchi Abdelhafid comme candidat du parti aux sénatoriales n’a connu aucun accroc, sa désignation est passée comme une lettre à la poste. Aucun autre militant n’a souhaité se présenter aux primaires. Du côté du FLN, trois militants ont postulé aux primaires, il s’agit de Benchaoui Abdelouakil de Mila, de Bentamen Mohamed de Chelghoum Laïd et de Bousafsaf Hocine de Ferdjioua. Les deux premiers sont des membres élus de l’APW, le troisième est l’actuel président de l’APC de Ferdjioua. Les élus des assemblées populaires communales et de l’APW du vieux parti, inscrits sur les listes électorales, ont préféré Benchaoui Abdelouakil aux deux autres. Benchaoui Abdelouakil, homme d’affaires de son état, et ex sénateur élu en décembre 2009 sous la bannière RND, a remporté haut la main les élections avec 138 voix contre 68 pour Bousafsaf et 29 pour Bentamen. La lutte s’annonce serrée et dure entre les deux candidats. Le jeu de coulisse a déjà commencé.