Au total quarante-deux actes d’attribution de périmètres irrigués situés dans la région de Telerghma (Mila) créés dans le cadre des transferts d’eau du barrage de Béni Haroun ont été remis dimanche à Oued Athmania, au sud de la wilaya.

Cette opération, lancée à l’occasion de la saison d’irrigation agricole, s’inscrit dans le cadre de la «concrétisation du programme du premier lot du périmètre irrigué de Telerghma s’étendant sur une surface de 1 142 hectares de terres agricoles situées entre les communes d’Oued Athmania et Oued Seggane», a-t-on précisé au cours de la cérémonie de remise des actes d’attribution en présence du wali, Ahmed Zeine-Eddine Ahmouda à la ferme agricole de statut privé Bergalah Mohamed à Oued El Athmania. Les bénéficiaires des actes font partie d’un nombre de 132 concernés par la première tranche du périmètre irrigué de Telerghma dont les eaux commencent à arriver réellement sur les terres des producteurs via le jet naturel, a-t-on souligné. Le périmètre irrigué de Telerghma qui s’étend sur une superficie de 4 447 hectares a nécessité un investissement public de 46 milliards de dinars dont 40 milliards de dinars destinés à la réalisation des conduites, selon les explications fournies sur place. La première tranche (1 142 ha) est destinée à la production de l’ail (600 ha), la pomme de terre (300 ha), les céréales (152 ha), en plus d’autres filières agricoles, a-t-on précisé de même source.
La deuxième tranche du périmètre irrigué de Telerghma, qui s’étend sur 3 305 hectares est répartie à travers les communes de Telerghma et El Mechira, sera irriguée via la station de pompage d’Oued Seggane à travers une conduite de 56 km devant être mise en service «prochainement», selon le responsable de l’Office national d’irrigation et de drainage de Telerghma, Ghazi Baound. L’exploitation intégrale du périmètre irrigué de Telerghma devra permettre «le renforcement des capacités de production agricole de plusieurs filières alimentaires, dont l’ail qui occupe 1 900 hectares avec une production annuelle dépassant 1 million de quintal, contribuant à satisfaire 70% des besoins du marché national en plus de la création de 15 000 postes de travail entre permanents et provisoires.