Plus de 128 hectares de la zone El Kherba à Mila sont «instables et exposés à de hauts risques résultant de glissements ». Tels sont les résultats d’une étude géotechnique effectuée sur cette zone déclarée sinistrée suite au séisme du 7 août 2020, présentés dimanche.
Cette étude a montré que la plus grande partie de la zone El Kherba est «inconstructible en raison de la nature de son sol constitué d’argile à faible résistance», a indiqué Dr Sadek Filali du Laboratoire national de l’habitat et de la construction (LNHC) dans l’exposé des résultats de l’étude présenté au siège de la wilaya devant les représentants des habitants de la cité El Kherba en présence du représentant du ministère de l’Intérieur, des Collectivités Locales et de l’Aménagement du Territoire, et du délégué national aux risques majeurs. Il a ajouté que plus de 128 hectares de ces terres sont «instables» et c’est pour cette cause qu’elles ont été exposées suite au séisme de 2020 à des glissements dont la profondeur avait dépassé 70 mètres à certains points, soulignant qu’une surface de 10,85 hectares de cette même zone «n’est pas menacée par les glissements mais reste sous observation du fait du risque d’être touché en cas de nouveaux séismes». Le même spécialiste a fait savoir que les prélèvements pour analyse d’échantillons du sol effectués à des profondeurs ayant atteint 90 mètres, le niveau de la nappe d’eau souterraine proche de la surface et l’inclinaison du site ont révélé «l’instabilité du site et son exposition à des glissements hautement dangereux». De son côté, Abdelhamid Afra, délégué national aux risques majeurs, a affirmé que les résultats de cette étude ont été derrière la décision des autorités publiques en mars 2022 d’évacuer et de démolir les constructions classées «rouge 5 et orange 4» au nombre de 801 et l’attribution à 639 sinistrés dont les habitations avaient été classées «verte 1 et 2 et orange» de logements neufs et d’aides à la location pour 32 mois afin d’éviter leur exposition à des risques. M. Afra a ajouté que le risque des glissements à El Kherba «continue de menacer les vies à tout moment» en donnant pour preuve le changement de la classification de plusieurs habitations «du vert à l’orange et de l’orange au rouge» après des visites des services techniques compétents. Il a également rappelé les efforts de l’Etat pour la prise en charge des sinistrés depuis le 7 août 2020 à ce jour dont le relogement dans des appartements neufs et l’octroi de terrains dans des lotissements créés à cet effet avec attribution d’aides financières à l’auto-construction et d’aides à la location d’une valeur de 14,5 milliards DA. Au cours de la rencontre, les représentants des habitants d’El Kherba ont exprimé leur refus des mesures de prise en charge et de la décision d’évacuation et de démolition de leurs habitations «sauf en cas de dédommagement entier de leurs biens». Les autorités présentes ont promis d’élever leur préoccupation aux instances de tutelle.
(APS)