Les élèves de l’école Kihal Bouziane située dans la commune de Rouached à une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Mila, le chef-lieu de wilaya, sur instructions, ou sur ordres et conseils de leurs parents, ont refusé de regagner la classe unique qui leur était destinée pour poursuivre leur scolarité sous la direction d’un seul enseignant en charge de donner des cours à tous les élèves de l’école du niveau de la première année à celui de la cinquième année élémentaire dans une même salle.

Des élèves d’autres classes uniques, situées dans d’autres localités de la wilaya auraient également refusé de rejoindre les classes. Pourquoi refusent-ils de rejoindre la classe unique ? Qu’est-ce qu’une classe unique ? Une classe unique, selon l’organisation du système scolaire, est le regroupement de tous les élèves d’une même école quels que soient leurs niveaux dans une seule et même classe sous la direction d’un seul enseignant appelé à leur donner des cours alternatifs «tous niveaux». Dans la wilaya de Mila, la directrice de l’éducation a, lors du conseil de wilaya ayant pour ordre du jour l’évaluation de la rentrée scolaire 2019/2020, affirmé que 34 classes uniques réparties au niveau de 10 écoles primaires sont fonctionnelles cette année expliquant qu’elles sont la résultante du nombre très restreint d’élèves dans ces écoles, des établissements généralement situés dans des zones rurales et isolées. La classe unique n’est pas une nouveauté, mais une organisation éducative existant depuis toujours. Pourquoi les parents s’inquiètent-ils donc de l’avenir de leurs enfants sachant que selon les statistiques mondiales, les élèves issus des classes uniques dirigées par un bon enseignant, sérieux et jaloux de son métier ont toujours été les meilleurs, une fois admis dans les cycles moyen et secondaire. Dans ces classes l’enseignant n’est pas confronté à la surcharge de la classe et peut aisément expliquer ses cours à ses élèves consacrant plusieurs minutes à chaque élève. L’enseignant est très proche de ses élèves et peut les aider individuellement à tout moment. Une classe unique , c’est ce qu’il y a de meilleur pour ces enfants des régions rurales isolées , faute de quoi ils seraient obligés de se lever très tôt, de subir les affres des déplacements vers les autres localités et de perdre, pour beaucoup d’entre eux, le goût des études. Aux responsables de l’éducation de sensibiliser les parents aux fins de les persuader de revenir à de bons sentiments et d’autoriser leur progéniture à regagner leurs classes uniques. n