Un nombre de souscripteurs au programme d’habitat location-vente de l’Agence nationale d’amélioration et de développement du logement (AADL) de plusieurs localités de la région de Mila ont observé, samedi, un sit-in devant le siège de la wilaya pour réclamer une accélération dans la réalisation de leur logement.

Selon le représentant des manifestants, Smaïl Bounguir, un bon nombre de projets d’habitats, au titre du programme AADL2 dont a bénéficié la wilaya de Mila, souffrent de retard, à l’instar du projet de 1 000 logements du site Marcho, inscrit depuis 2013 au chef-lieu de wilaya et qui a enregistré un retard dans le lancement des travaux de réalisation. Au cours de ce rassemblement, les protestataires ont brandi des banderoles réclamant le lancement des travaux de ce projet, et celui de 40 logements implantés au niveau de la commune de Téléghma. Les manifestants ont également appelé les autorités de wilaya à intervenir pour accélérer la cadence des travaux de réalisation des sites de Chelghoum Laïd, de Ferdjioua et de Tadjenanet qui totalisent 1 400 logements, ainsi que le lancement, en chantier de 1 000 logements au titre des quotas de 2015 dont a bénéficié le chef-lieu de wilaya et les deux localités de Ferdjioua et Chelghoum Laïd. La wilaya de Mila a bénéficié d’un total de 5 800 logements de type location-vente (AADL), dont 2 000 unités inscrites récemment au titre de 2017, alors que le nombre de postulants à ce programme dépasse les 6 000, a-t-on signalé. Concernant le dernier quota AADL (2 000 unités) dont a bénéficié Mila, le chef de l’exécutif local, Mohamed-Djamel Khanfer, avait souligné que son administration œuvrait à assurer des assiettes de terrain, devant accueillir ce programme à travers les communes de la wilaya. Le même responsable a également affirmé que les pouvoirs publics ont pris en charge le dossier de ce programme de logement en garantissant toutes les conditions pour la concrétisation de ce projet.