Boire un thé, un café ou un soda dans un verre rincé à l’eau froide est chose courante dans la grande majorité des cafés, restaurants, pizzerias et pâtisseries de la wilaya de Mila et de tout le pays.

Nous n’irons pas jusqu’à accuser cette catégorie de commerces, mais une orange pourrie, comme le précise si bien cet adage bien connu, gâte tout le cageot. Voir un gérant de café servir les boissons dans des verres rincés et lavés à l’eau chaude est rarissime. Le consommateur, docile, ne rouspète presque jamais, il sourit même. A regarder les plongeurs des restaurants et cafés tremper les verres et toute la vaisselle dans une eau parfois noirâtre et répugnante et les retirer aussitôt et sans les essuyer aucunement, la nausée vous envahit. Pourtant, personne ne trouve à redire, l’on consomme le contenu avec beaucoup de plaisir ! D’ailleurs les rares gouttelettes qui s’accrochent aux parois des verres après leur lavage iront s’ajouter au goût du café, du thé ou des lentilles que le consommateur savourera sans s’en rendre compte. Y-a-il des contrôleurs d’hygiène ? Si oui, où sont-ils ? Eux-mêmes font partie des consommateurs et ne remarquent jamais rien. Le boulanger, le pâtissier, le boucher, le marchand de brochettes, le pizzaiolo ou le marchand de zlabia ne peuvent-ils donc pas couper leurs ongles crasseux et porter des gants hygiéniques ? Manger de ces mains, c’est accepter de terminer ses jours dans un hôpital ou de passer le restant de sa vie à se soigner. Les citoyens ne se plaignent jamais et les contrôleurs ne se gênent nullement pour agir et sévir. Certes des magasins ont été fermés par ces derniers, mais pour d’autres causes et non pour des ongles crasseux ou de l’eau sale et répugnante ou de verres mal lavés. L’autre fait marquant qui caractérise le manque d’hygiène des commerces est cette manie à toujours tremper ses doigts dans la bouche pour les humidifier de salive pour vous servir des cacahuètes, des gâteaux, des amandes et autres nourritures. Et quand on sait que la salive est source de plusieurs maladies, l’on se demande où sont les contrôleurs d’hygiène. Le citoyen devrait, au vu de ce geste, refuser d’acheter, c’est le seul moyen de les obliger à porter des gants et à ne pas « saliver » la nourriture qu’ils vendent. Et les gobelets en plastique sont-ils si propres que certains le croient ? Même les gobelets doivent être rincés à l’eau chaude, ce qu’aucun gérant de café ne daigne faire. Et puisque personne ne réclame, à quoi bon se faire des soucis.