Sur la RN 79, reliant les agglomérations du nord de la wilaya de Mila à Mila et Constantine, une route, par où transitent et défilent obligatoirement, tous les quarts d’heure, surtout au niveau de la petite ville de Redjas

, un bus de transport, les nerfs des passagers sont à fleur de peau. Les bus ne cessent de défiler, de se « pousser » l’un l’autre et d’user de leurs klaxons et de crier à tue-tête pour « accrocher » un voyageur en plus. Les passagers, ayant déjà pris place, sont pris en otage par des chauffeurs et receveurs aux mines méprisantes et aux airs indifférents, qui en font à leur tête. Les chauffeurs ne démarrent pas, ils attendent de « chasser » un autre voyageur pour gagner 10, 20 ou 30 dinars en plus, une vraie course au gain. Au mépris du respect des horaires et des temps d’arrêt, les transporteurs ne se soucient nullement des désagréments qu’ils causent aux voyageurs, particulièrement ceux pressés d’arriver à l’heure à leur rendez-vous ou à leur lieu de travail. Les bus de Tassala Lemtaï, Teraï Beïnen, Amira Arrès, Ferdjioua, Rouached, Tiberguent, Redjas, Zéghaïa empruntent obligatoirement la RN79 pour se rendre à Mila, le chef-lieu de wilaya, aussi la bousculade et les « scènes de ménage » entre transporteurs sont assurés à tous les arrêts. Les passagers, éternels dindons de la farce, subissent la loi des transporteurs sans coup férir. Et gare au premier qui aura l’audace de réclamer ses droits, le risque de récolter insultes et blasphèmes ou d’être menacé est quasi certain. Des centaines de cars et bus transitent par la RN79, aussi la course aux passagers est devenue le sport favori des chauffeurs. Les heures de passage au niveau des arrêts de passage des agglomérations sont pratiquement piétinées par les transporteurs. Les arrêts de transit de Redjas, du centre universitaire, et à un degré moindre, de Zéghaïa, sont devenus de véritables gares routières où les bus s’y arrêtent et y stationnent créant parfois des embouteillages monstres et des accidents sans que personne ne trouve à redire. Ces transporteurs sont-ils hors la loi ou dans leur droit ? La réponse appartient aux contrôleurs des transports. n