Environ 60 migrants auraient péri en mer au large de la Libye dans l’incendie de leur embarcation, tandis que l’Italie a autorisé le navire-ambulance Ocean Viking à débarquer 116 rescapés, a-t-on appris mardi auprès d’ONG. L’ONG Alarm Phone, qui reçoit les appels de détresse des migrants, a indiqué dans un communiqué qu’environ 60 personnes étaient portées disparues après l’incendie du moteur de leur embarcation, toujours au large de la Libye. Dans la nuit du mercredi 17 au jeudi 18 mars, par gros temps, «un bateau en bois gris avec plus de 100 personnes à bord a appelé Alarm Phone. Les personnes au téléphone étaient paniquées, car le moteur était en feu. Alarm Phone a alerté les autorités concernées ainsi que l’Ocean Viking», détaille un communiqué de l’ONG. L’Ocean Viking a lancé une opération de recherche, sans succès, faute d’avoir pu obtenir les coordonnées GPS du bateau. Des rescapés ont évoqué la présence à bord de Soudanais, Sénégalais, Syriens, Pakistanais, Marocains et Egyptiens. Environ 45 d’entre eux auraient été secourus par des pêcheurs libyens. Rome a par ailleurs donné son feu vert à l’entrée sur le territoire italien de 116 hommes, femmes et enfants secourus la semaine dernière au large de la Libye par le navire de l’ONG française SOS Méditerranée, a annoncé celle-ci sur son compte Twitter. «Soulagement à bord de l’Ocean Viking après plusieurs jours de mauvais temps. Les autorités italiennes ont attribué le port d’Augusta, en Sicile, pour le débarquement de 116 personnes rescapées», a indiqué l’ONG. L’Ocean Viking, qui effectue sa deuxième mission de l’hiver, avait d’abord secouru le 18 mars 10 personnes dont trois enfants et un bébé. Puis le 20 mars l’équipage avait récupéré 106 migrants, dont 31 hommes, 8 femmes et 67 mineurs. Les candidats à l’exil de l’Afrique partent pour l’essentiel de Tunisie et de Libye pour rejoindre l’Europe via l’Italie, dont les côtes sont les plus proches. Plus de 1.200 migrants ont péri en 2020 en Méditerranée, dont la grande majorité sur cette route centrale, selon l’Organisation internationale pour les migrations. Les navires des ONG, tels l’Ocean Viking, sauvent des vies mais sont aussi accusés depuis plusieurs années de faire le jeu des passeurs. L’Union européenne s’est divisée sur la manière de gérer le problème depuis que la crise des migrants clandestins a débuté en 2015. Début mars, le Conseil de l’Europe avait vilipendé le «manque de volonté des États européens» à établir des politiques de protection des migrants traversant la Méditerranée, causant la perte de «milliers de vies humaines». n