La commission de la fatwa a vivement recommandé aux citoyens le respect total des mesures préventives décidées par l’Etat pour faire face à l’évolution du Covid-19. Face au manque d’observation d’une partie des citoyens des mesures de distanciation notamment, la commission du ministère des Affaires religieuses s’est empressée de rappeler que le respect des mesures en vigueur équivaut à un devoir religieux.

La vie humaine étant de la plus grande importance en islam et sa préservation recommande de respecter des mesures même au dépend de son propre confort. « Suite à l’évolution rapide du Covid-19 et à la lumière des décisions des spécialistes ayant mis en évidence la propagation rapide de cette pandémie et le lien de causalité directe dans la transmission de la contagion du fait du regroupement et du contact physique entre les personnes, et au vu des préceptes de la charia quant à l’impératif de préserver la vie et de parer à toutes les voies qui la mettent en péril, il est obligatoire du point de vue de la charia, que les citoyens évitent tout rassemblement public et privé, tels les fêtes de mariage, les obsèques, les visites familiales, la visites aux malades et autres susceptibles de favoriser la prolifération de la pandémie », a indiqué la commission dans un communiqué. La commission de la fatwa rappellera dans ce sens que certaines attitudes remarquées notamment dans les marchés et autres commerces sont en contradiction totale avec les préceptes religieux. Rappelant que la spéculation est un péché condamné par la religion, la commission a salué « le sursaut de solidarité dont ont fait montre nos commerçants » et regretté « le comportement de certains d’entre eux qui ont exploité la situation critique, en augmentant les prix et en se livrant à des pratiques frauduleuses sur les marchandises ».

Le sens de la solidarité encouragé
L’état d’inquiétude qui s’est emparé des citoyens face à la pandémie qui secoue le monde est mise à profit par certains pseudo-commerçants indélicats. Le traditionnel sens de la solidarité est particulièrement encouragé en ces moments d’incertitudes. « En cette conjoncture critique, nous appelons tous les citoyens à plus d’entraide et de solidarité et saluons, par là même les efforts de l’Etat visant à assurer la disponibilité des marchandises et à interdire le monopole », ajoutera la commission de la fatwa. Cet organisme dépendant du ministère des Affaires religieuses a salué notamment « les commerçants qui contribuent à la stabilisation des prix et rassurent les citoyens », et s’est félicité « des efforts énormes de la corporation médicale et des différents organes de sécurité et de la Protection civile, qui veillent tous à la sécurité des citoyens, en cette conjoncture difficile ». Cet appel d’une commission dont la légitimité morale est engagée à faire preuve de bon sens et de bon comportement en accord avec la religion s’est imposée aujourd’hui face à la gravité de la situation. Pour rappel la décision de fermer les lieux de culte comme mesure préventive contre la propagation du virus a été respectée. « Les mosquées, à l’instar des autres institutions de l’Etat, resteront fermées jusqu’à la maîtrise totale de la pandémie du coronavirus » avait souligné le ministère des Affaires religieuses. « Ce sont les Oulémas qui ont émis une fatwa pour la fermeture des mosquées… et les mêmes mesures seront maintenues et d’autres seront prises en fonction de l’évolution de la situation durant le mois sacré du Ramadhan ». Le ministre des Affaires religieuses a salué l’adhésion des Algériens à ces mesures indispensables pour le bien de la collectivité soulignant que plusieurs savants musulmans ont été consultés avant de décider de la fermeture des mosquées, et ce, pour éviter la diffusion de cette pandémie qui menace toute la société.<