«La situation concernant l’évolution du coronavirus est maîtrisée», a déclaré le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, ajoutant que «par mesure de prévention, les rassemblements à caractère culturel, politique et sportif seront suspendus, suivant les instructions du Président de la République», données lors du dernier Conseil des ministres dimanche dernier.

Très vite, cette déclaration prise comme une allusion à l’interdiction des rassemblements et marches du mouvement populaire a enflammé les réseaux sociaux. De plus amples détails auraient été souhaitables afin d’éviter toute ambiguïté, selon des observateurs après la levée de boucliers pro-hirak sur les réseaux sociaux.
M. Benbouzid, qui s’est exprimé à l’occasion du forum du quotidien Echaâb, a expliqué que nombre de ses confrères lui ont demandé s’il fallait continuer d’organiser ou se rendre dans des manifestations de leurs secteurs respectifs, rappelant, dans ce sens, le report de salons et conférences afin d’éviter une éventuelle propagation du virus. Mais il s’est montré rassurant, affirmant que «pour le moment, nous sommes à la phase 1 de l’épidémie. Nous maîtrisons la situation. Nous n’avons que 20 cas confirmés de coronavirus, sachant que 16 d’entre eux sont de la même famille, donc la maladie ne s’est pas vraiment propagée. Comparativement avec d’autres pays où on entend le nombre de décès et de cas confirmés par jour, ces pays qui ont été pris de court, nous avons la chance de ne pas avoir beaucoup de cas. Et avec les seuls 20 cas confirmés, nous avons déjà pris toutes les mesures nécessaires. Je rassure, encore une fois, les citoyens et je leur dis que nous sommes prêts sur tous les plans, même dans le cas où le virus venait à se propager. Il ne faut pas nous alarmer plus qu’il ne le faut. Il ne faut pas paniquer, ni tomber dans la psychose».
Le Pr Benbouzid a fait savoir que le pays ne passera à la phase 2 que si l’épidémie se propage dans d’autres villes. «Pour le moment, il nous faut rester dans un état de veille et de mobilisation, sans s’alarmer, sans oublier le numéro vert 3030 qui reste à la disposition des citoyens pour toute information qui peut leur être utile. Sachez qu’au niveau du ministère, les gens en charge du suivi de l’évolution du coronavirus, travaillent jusqu’à 23h ou minuit. L’ensemble des directeurs de santé publique au niveau des wilayas sont également mobilisés pour le suivi», a-t-il assuré.

Pas de fermeture des écoles
Il a indiqué, en réponse aux questions de la presse, que «la fermeture des écoles ou universités ne se fera que si nous passons à la phase 3 de l’épidémie». Pour les moyens de sécurité et de prévention, «nous avons besoin de caméras thermiques qui doivent être dans l’ensemble des postes frontaliers du pays. Nous allons les renforcer avec de nouvelles caméras que nous allons acquérir». A propos des masques, il a insisté que, normalement, il n’y a que les gens atteints du virus qui doivent les porter, car la maladie se transmet par les mucosités et les gouttelettes que l’humain diffuse lorsqu’il parle, éternue ou tousse. C’est pour cela, d’ailleurs, qu’«il est recommandé que les personnes cachent leur nez et leur bouche avec un mouchoir lorsqu’elles toussent ou éternuent ou, à défaut, qu’elles le fassent dans le creux du coude, pour que les gouttelettes ne se transmettent pas à d’autres». Le ministre a rassuré encore que «nous avons suffisamment de masques. En plus du fait que les producteurs nationaux ont été instruits de ne pas exporter leurs produits afin que nous en ayons suffisamment dans le cas d’une propagation». Il a également jugé nécessaire de réitérer qu’il était «utile de savoir qu’il n’y a pas de vaccin ou de traitement pour le covid-19, d’où l’importance de la prévention». Pour rassurer encore, le ministre est revenu sur la procédure des enquêtes épidémiologiques effectuées depuis la découverte des deux cas positifs à Boufarik, la femme et sa fille, jusqu’à l’établissement de la liste des personnes ayant été en contact avec elles et avec les deux personnes de leur famille venues de France qui les avaient contaminées. A la fin de parcours, 12 personnes à Boufarik, 2 à Mascara et deux autres à El Kettar. Toutes ces personnes quitteront bientôt l’hôpital car ce sont des porteurs sains, qui ne présentent aucun signe de maladie et sont en bon état de santé», a-t-il dit.

Démenti sur la fermeture des frontières avec la Tunisie
A propos de la rumeur ayant circulé sur la fermeture des frontières avec la Tunisie, le Pr Benbouzid l’a catégoriquement démentie, soulignant, cependant, que les mesures de sécurité sont, en revanche, opérationnelles aux frontières terrestres comme dans tous les postes frontaliers, que ce soit au niveau des aéroports ou encore des ports. Concernant les analyses, il a fait savoir que pour réduire la pression sur l’Institut Pasteur d’Alger, qui dispose d’un seul appareil pour ce genre d’analyses, «nous avons mis un appareil à la disposition des wilayas d’Oran, de Constantine, de Ouargla et de Tamanrasset pour qu’en cas d’apparition de cas suspects dans ces régions, il ne sera pas utile de se déplacer jusqu’à Alger pour connaître les résultats. Ils seront effectués sur place. A Sétif, il y a un laboratoire privé avec lequel nous travaillons».
Par ailleurs, il convient de noter que le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a appelé les services de la Sûreté nationale à plus de «prudence, de mobilisation et de coordination» avec les différents autres services en vue de faire face au coronavirus. Il leur a également «exprimé sa gratitude et ses sincères félicitations pour leurs efforts consentis visant à faire face au coronavirus, depuis son apparition, dans les quatre coins du pays (aéroports, ports et frontières terrestres)», selon le message de «remerciements et de félicitations» envoyé par le Président au directeur général de la Sûreté nationale (DGSN). Le Président a également indiqué que «ces efforts ont permis, jusqu’à ce jour, de contenir et maîtriser la situation, et de prendre, en parallèle, les mesures nécessaires et de mobiliser les moyens, dans le souci de garantir la sécurité des citoyens». M. Tebboune a, en outre, présenté ses encouragements aux cadres et agents de la Sûreté nationale, les appelant à faire montre de «plus de vigilance et de mobilisation afin de faire face à cette pandémie, de davantage de coordination avec les différents services et d’action de proximité avec les citoyens».<