La Chine et le Vietnam ont convenu mardi 1er novembre 2022 de «gérer correctement» les disputes de souveraineté autour de la mer de Chine méridionale, à l’issue d’une rencontre de leurs dirigeants à Pékin qui s’inscrit dans une offensive diplomatique du président chinois Xi Jinping. Les deux pays voisins réclament chacun la souveraineté sur une bonne part de cet espace maritime stratégique aux riches ressources énergétiques et réserves de poissons, où Taïwan, les Philippines, la Malaisie et Brunei ont également des prétentions. Des milliards de dollars d’échanges commerciaux y transitent chaque année et les marines occidentales la traversent régulièrement. Pékin a ignoré un jugement de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye qui avait donné raison à Manille en 2016, estimant que les revendications de Pékin sur la majeure partie de la mer de Chine méridionale étaient sans fondement. M. Xi et d’autres responsables chinois ont rencontré à Pékin le secrétaire général du Parti communiste vietnamien Nguyen Phu Trong pour «un échange de vue franc et approfondi sur les questions maritimes», a rapporté mardi l’agence officielle chinoise Chine nouvelle. Pékin et Hanoï «se sont mis d’accord pour gérer correctement les questions maritimes et contribuer à la paix et la stabilité à long terme dans la région», poursuit l’agence. Ils ont convenu qu’il était «essentiel de gérer de manière adéquate les divergences afin de protéger la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale» et se sont engagés à «négocier activement des solutions temporaires et transitoires qui n’affectent pas leurs positions respectives». Ils ont également convenu de travailler ensemble contre le terrorisme, lutter contre la fraude transnationale et contenir le commerce illégal de drogues, selon l’agence chinoise. Pékin a accentué ses revendications territoriales en mer de Chine territoriale sous la gouverne de M. Xi, construisant des îlots artificiels, déployant des patrouilles maritimes et harcelant les navires de pêche dans la zone. n