Par Rédaction Culturelle
La coopérative culturelle et artistique « les Nomades » a présenté, jeudi soir à la Maison de la culture de Béjaïa, la générale de sa nouvelle pièce intitulée  « Menteur.com ». Ecrite par Mourad Senoussi et mise en scène par Linda Salem, la pièce est un réquisitoire contre la cyberdépendance et l’addiction que développent certains individus, autant envers le téléphone que l’ordinateur et les réseaux sociaux. « Malha », rôle campé par Souad Hanniz, et son mari, interprété par Mohamed Ferchouli, un couple frais émoulu, ont appris les risques et les conséquences d’internet à leurs dépens, passant d’une idylle prometteuse à une rupture dramatique, rapporte l’APS. Par lassitude et dépit, la jeune mariée, étudiante en informatique, voyant les rapports compulsifs de son époux, un porteur de projet Ansej, avec les réseaux sociaux et les sites de rencontres jette l’éponge. Au-delà de son addiction obsessionnelle, elle est surtout brisée par les mensonges qu’elle endure et la légèreté immature de son compagnon, qui entretient des rapports virtuels denses avec une flopée de jeunes filles. A la longue, se sentant trahie et minée par la solitude et l’isolement, elle rompt leur union, pourtant voulue sacrée à l’origine. Mohamed, bien que conscient du chemin choisi, n’en démord pas, entretenant sa passion jusqu’à la furie, poussant sa dépendance jusqu’à utiliser son ordinateur et son téléphone dans les toilettes et y rester cloîtrer. Et lorsque Malha quitte le foyer, il en est dépité mais n’en meurt pas. Au fond, il finit par trouver un motif à se réjouir, croyant se libérer d’une relation devenue pour lui trop brimante. La pièce a été déclinée sur un ton linéaire et léger, relevée par un humour caustique des comédiens. Ce qui a transformé ce qui aurait pu être un drame en une anecdote de chaumière.n