La pandémie du coronavirus Covid-19 « menace l’humanité entière », a alerté le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Cette alarme anxiogène a le mérite d’être claire, le monde fait face à une situation inédite dont il faudrait sortir avec le moins de dégâts possible. Le Covid-19 impose une nouvelle réalité à la santé mondiale et défie le niveau de la science médicale de l’humanité. En Algérie, la situation reste moins alarmante que celle prévalant dans les pays d’Europe, visiblement dépassés par une pandémie inédite. Mais il faudrait être particulièrement vigilant afin de gérer, avec des moyens largement inférieurs, un passage qu’on espère le plus court possible. L’extension des mesures vers d’autres zones géographiques démontre que le risque reste toujours palpable. Il y a un fait, cette pandémie qui impose le confinement à une grande partie de l’humanité, pose un défi à l’humanité dans son développement scientifique et médicale. Le ralentissement des économies pourrait avoir des conséquences désastreuses sur beaucoup de pays, notamment les plus fragiles. La vie sociale et l’économie du monde s’en trouvent aujourd’hui visiblement déréglées. Un dérèglement dont les conséquences ne sont pas encore visibles mais dont on augure déjà la gravité. Il y a aujourd’hui une inquiétude palpable. Les pays occidentaux sont complètement pris dans le piège de l’impréparation. Il y a peu, Wuhan paraissait encore loin. L’incapacité à répondre à une situation d’urgence, imposée par un virus incontrôlable, déroute complètement les décideurs de ces pays qui n’imaginent pas assumer politiquement des milliers de morts en si peu de temps. Aujourd’hui, les pays d’Asie semblent mieux contrôler l’évolution de la pandémie que les Européens qui enregistrent des centaines de morts chaque jour sans pouvoir offrir une réponse rassurante à leurs sociétés confinées. L’Algérie, qui a la chance d’entretenir une relation de qualité avec la Chine, se doit d’ouvrir plus que jamais les canaux avec ce pays qui contrôle le mieux la pandémie. Le système de santé nationale devrait s’inspirer des meilleurs.