Entre l’USM Alger, leader (40 points) et, son dauphin la JS Kabylie (36 points), la lutte pour le bouclier de champion s’annonce infernale sur tous les plans. Après 19 journées de Ligue Mobilis, l’écart entre les deux clubs est de  4 unités, alors qu’il était de deux seulement avant la tenue du match  USM Alger – JS Saoura disputé à huis clos samedi après que la Commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) a sanctionné les Usmistes pour «jets de fumigènes» lors du match de Coupe d’Algérie contre l’ES Sétif. Un grief que le président des «Canaris», Chérif Mellal, n’a pas gobé. Il a même signifié que cette sanction a été orchestrée avec une feuille de match truquée.

Chérif Mellal ne décolère pas. Il a le sentiment que son équipe a été lésée. Même si c’est de manière indirecte à partir du moment qu’il s’agit du concurrent direct. Vendredi, les « Lions du Djurdjura » ont laissé filer 2 points sur leur pelouse après avoir concédé le nul (1/1) face l’AS Aïn M’lila en l’absence de leurs inconditionnels. Le lendemain, les Usmistes n’ont pas manqué la réception de la JS Saoura s’imposant sur le score de 2 buts à 0 pour rester aux commandes du championnat national. C’était devant des gradins vides aussi.
Le boss du team de Tizi-Ouzou savait très bien que son team a manqué une belle occasion de maintenir la pression sur les « Rouge et Noir » fragilisés par leur élimination en Coupe d’Algérie chez les Sétifiens et condamnés à remporter le titre s’ils veulent sauver leur saison. Le match sans public entre Algérois et Bécharis n’a pas été du goût de Mellal qui n’a pas hésité de parler de magouille.
« Concernant la sanction  du huis clos infligée à  mon équipe  par la CD de la LFP je pense  qu’elle est justifiée car nos supporters ont jeté des fumigènes contre l’USMBA. Comme il s’agit du 3e avertissement, c’est logique qu’on soit sanctionnés par un huis clos mais ce que je trouve anormal c’est la sanction  infligée à l’USMA, une sanction qui ne tient pas la route du fait que  cette équipe n’avait pas  pris deux avertissements auparavant et qu’à ma connaissance les supporters de l’USMA n’ont rien fait à Sétif. Je pense que cette sanction a été préméditée pour donner un coup de main à cette équipe. Les joueurs de l’USMA ont des difficultés lorsqu’ils jouent sous pression, c’est pour cela que je dis que le huis clos  les a arrangés.  Franchement, j’ai des doutes sur cette sanction», a lâché le chairman tizi-ouzéen. Ambiance.

Y a-t-il eu falsification ?
Comme le veut la coutume, Mellal a sorti des propos au vitriol. Le tout en faisant valoir le rapport du match établi par l’arbitre dans lequel des « jets de fumigène sur le terrain par galerie de l’USMA » ont été stipulés en bas de la feuille. Par-dessous la marge (il faut le préciser). C’était en noir alors que les autres champs étaient remplis avec un stylo bleu et d’un autre trait d’écriture. Assez d’incohérences pour faire tâche et alimenter la polémique.
Ce qui est sûr, c’est que du côté de la JSK, les dirigeants ne veulent pas lâcher l’affaire. Ils comptent même ressortir les images de la télévision pour prouver que la sanction est fruit de « manipulation ». Qui l’a ajoutée au rapport et avec quelle intention ? Telle est la question. Aussi, on croit savoir que les copies remises à l’Entente et au referee ne contiennent pas cette infraction. Mellal veut aller au bout de son enquête et il compte « visionner le CD de la rencontre ESS – USMA». Par ailleurs, il exige que « la LFP ne fasse pas de favoritisme. On ne demande ni de faveur ni quoi que ce soit, mais juste que toute les équipes soient traitées de la même manière.» Pour l’art de mettre la pression, le numéro 1 du board kabyle, sait s’y prendre. Là, il est peut-être en train de mettre à nu des faits graves si les allégations sont confirmées.
Affaire à suivre.n