Le Centre de bioéquivalence dénommé «Equiv-Al», en charge de comparer les médicaments génériques aux médicaments originaux pour s’assurer de leur conformité, lancera son activité dans les prochaines semaines, a indiqué la P-dg du groupe Saidal, Fatoum Akacem. Dans une déclaration à la presse en marge de la 16e édition du «Salon international de la pharmacie en Algérie» (SIPHAL 2022), Mme Akacem a fait savoir qu’un appel avait été lancé pour la mobilisation de bénévoles pour pouvoir mener des expérimentations sur l’efficacité des médicaments génériques et s’assurer des effets censés être semblables à ceux des originaux. Et d’affirmer que SIPHAL est une bonne opportunité pour attirer des volontaires qui bénéficieront, en contrepartie, de prises de sang gratuites et d’indemnités, notant que le groupe Saïdal et les parties prenantes (en l’occurrence les secteurs de la santé et de l’Industrie pharmaceutique) fixeront la valeur de ces indemnités. Quant à la qualité des médicaments génériques qui feront l’objet du processus de bioéquivalence, la responsable a fait savoir que la bioéquivalence ne concernerait pas tous les médicaments génériques, mais seulement les antibiotiques et les médicaments à faible index thérapeutique. De plus, mener des études sur la viabilité des génériques soumis à la bioéquivalence est une condition sine qua non à l’exportation de ces médicaments plus tard, a-t-elle conclu.