Les chaînes de télévision ayant des bureaux accrédités en Algérie sont libres de couvrir les meetings électoraux lors des prochaines législatives, mais libérées de la mission, inhérente à la diffusion des expressions électorales directes, a indiqué, hier à Béjaïa, le ministre de la communication, Hamid Grine.
« Cette mission sera de l’apanage des médias publics (télévision et radio) », a-t-il précisé, relevant que cette option a été décidée d’un commun accord avec les responsables des chaînes privées, notamment celles émettant depuis l’étranger et disposant de bureaux accrédités en Algérie.
« Il y en a cinq qui relèvent de l’autorité de régulation de l’audiovisuel et qui sont soumises à un cahier des charges dont la transgression peut valoir des sanctions pouvant aller jusqu’au retrait de l’autorisation ». Les autres chaînes en revanche, une cinquantaine relèvent directement de l’autorité publique. Le ministre, intervenant à l’occasion d’un point de presse, animé en marge d’une conférence sur « connaîtra les médias-le citoyen a le droit à une information fiable », a estimé cependant que ces derniers mois, certaines chaînes, jugées excessives dans leur traitement dans l’information ont fait un effort d’amélioration dans le traitement de leur information. « Je n’ai pas vu de choses excessives », a-t-il affirmé, indiquant que l’exigence, demeure « le professionnalisme et l’impartialité ».