Le correspondant du quotidien arabophone Ennahar et animateur de la page Facebook «Tout Sur Tipasa» (TST) a été mis sous contrôle judiciaire après son arrestation et sa garde à vue, durant cinq jours au niveau du tribunal de Blida. Arrêté vendredi à 2h du matin à propos d’une information relative à une affaire de drogue en cours de traitement, le journaliste, dont le passeport a été retiré par les autorités judiciaires, serait mêlé aussi à la création de pages Facebook malveillantes portant atteinte aux personnes et au pays.
Le journaliste, qui n’en est pas à sa première affaire judiciaire, puisqu’il a fait l’objet de nombreuses plaintes en diffamation, dont les dernières en date sont celles de l’ex-directeur des domaines et de l’ex-directrice de l’ANEM, aurait également été cité dans le procès de l’ex-sénateur RND Malik Boudjouher, condamné à 7 ans de prison ferme. Le nom du journaliste aurait été, également, cité dans l’affaire dite «du village de Taline», construit illicitement sur un terrain forestier qu’il a défriché, qui avait défrayé la chronique. TST avait ouvert ses colonnes à cet affairiste véreux qui avait été mis en prison puis a pris la fuite vers l’étranger pour lancer ses attaques contre les walis qui ont refusé de régulariser sa situation.
Le responsable de la page Facebook était devenu, par ailleurs, le porte-voix des trois derniers walis, en ayant accès à des vidéos de réunions internes auxquelles la presse n’était pas conviée. Ce qui a porté un sérieux coup à la crédibilité de l’information publiée sur sa page et lui a valu des critiques acerbes pour non-respect des règles de l’éthique et de la déontologie.