Le président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), Abdelawahab Derbal, est revenu hier sur la réunion qu’il a eue, mardi, avec le ministre de la Communication. Il a affirmé qu’elle portait sur la concertation autour de la couverture médiatique de la campagne électorale des prochaines législatives.

« La rencontre de concertation a porté sur la disponibilité du secteur audiovisuel public à assurer une couverture médiatique de la campagne électorale des législatives 2017, au regard de l’importance et de la sensibilité de cette échéance électorale », a fait savoir Derbal.
La couverture médiatique de la campagne électorale pour les partis concernés « obéira aux mêmes critères adoptés par le passé », a indiqué Derbal. Précisant que les partis pouvaient assister à l’organisation de cette opération au cours de laquelle il sera procédé à la distribution des plages horaires par « tirage au sort », a-t-il ajouté. La rencontre a également été une occasion, a-t-il poursuivi, pour « souligner les garde-fous à respecter pendant la campagne électorale, en premier lieu le respect de la loi et des règles d’éthique et de déontologie professionnelle ».
Sur un autre volet, Derbal pense que le succès des prochaines élections législatives « ne relève pas du seul ressort de la HIISE, mais exige la conjugaison des efforts de tous, y compris des partis, de l’Administration et des médias pour en faire une plateforme vers le développement du pays », a-t-il dit, jugeant que la réussite des échéances est « l’affaire de tous », d’où l’impératif « d’y adhérer en toute sérénité, en faisant preuve de responsabilité et de sérieux ». Concernant l’action de l’instance mise en place depuis deux semaines, après la nomination de ses membres, le président de la HIISE a, par ailleurs, indiqué qu’il sera procédé prochainement « à l’installation de ses permanences » au niveau local, avant la tenue d’une série de rencontres avec « les partis et les médias pour tracer et enrichir son programme d’action ». Il y a lieu de rappeler que le ministre de la Communication, Hamid Grine, avait récemment indiqué que les chaines de télés privées seront soumises à un cahier des charges pour couvrir le scrutin législatif, et ce, en coordination avec la Commission Derbal chargée de superviser et de surveiller les opérations du vote du printemps prochain. Les chaînes de droit étranger sont les premières concernées, avait-il laissé entendre, et devront sans doute disposer d’une autorisation du Département de la communication pour assurer l’information sur la campagne électorale. « Ce ne sont pas toutes les chaînes privées qui sont autorisées à couvrir les prochaines élections. Nous sommes dans la légalité et on ne va pas donner des autorisations à des chaînes de droit étranger », avait-il souligné. Il a toutefois précisé que son département n’exclut aucun média audiovisuel soulignant également qu’après le dépôt des dossiers au niveau de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (Arav), «il y a un cahier des charges auquel ces chaînes devraient se conformer ».