PAR NAZIM B
Le tribunal de Sidi M’hamed a condamné hier 7 juin le journaliste et directeur des médias électroniques Radio M et Maghreb Emergent, Ihsane El Kadi, à 6 mois de prison ferme sans dépôt et à payer pour dommage et intérêts une amende de 50 000 dinars d’amende.
Le verdict a été prononcé par la juge dans l’affaire de la plainte déposée par l’ancien ministre de la Communication, Amar Belhimer, contre le journaliste Ihsane El Kadi. En plus de la peine de six mois de prison ferme et l’amende de 50 000 dinars, le journaliste doit également faire valoir à l’agent judiciaire du trésor public la somme de 100 000 dinars et au ministère de la Communication la somme de 300 000 dinars à titre de réparation. Le journaliste, qui réagissait à partir d’Oran, s’est dit en «colère» et «triste» suite à cette condamnation qui «ne sert ni le métier de journaliste, ni l’appareil judiciaire, ni l’image de l’Algérie». Pour rappel, Ihsane El Kadi a été placé sous contrôle judiciaire le 18 mai 2021. Il est poursuivi pour «diffusion de fausses informations à même de porter atteinte à l’unité nationale», «perturbations des élections» et «réouverture du dossier de la tragédie nationale (tiré de la loi sur la réconciliation nationale». Le 17 mai dernier, le procureur de la République avait requis trois ans de prison ferme, une amende de 100 000 dinars et une interdiction d’activités publiques pendant 5 ans. Le verdict a été renvoyé au 31 mai avant d’être renvoyé une nouvelle fois au 7 juin. Placé sous contrôle judiciaire depuis le 18 mai 2021, Ihsane El Kadi a été appelé à expliquer le sens d’un article d’opinion face aux juges au tribunal de Sidi M’hamed, chose qu’il a refusé de faire. Ihsane El Kadi est poursuivi également dans une autre affaire pour «appartenance à une organisation terroriste…» dans laquelle il a été auditionné le 21 mars dernier par le juge d’instruction près le tribunal de Larbaâ Nath Irathen, dans la wilaya de Tizi-Ouzou. <