Annaba a été choisie comme wilaya pilote pour établir le premier registre électronique pour hémophiles. Une opération qui devrait aboutir à une prise en charge rapide des patients  à partir des unités de base les plus proches des malades.

Ainsi, et selon Mme Djamila Nadir Azirou, sous-directrice au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière,  le CHU de Annaba sera le premier centre qui établira un registre électronique  qui permettra un suivi centralisé du dossier du patient via le réseau national relié aux unités de base. « Ce registre comportera le dossier médical de chaque patient et permettra de programmer tous les examens nécessaires, un suivi permanent et une prise en charge rapide et efficace en cas d’hémorragie nécessitant un traitement. Il y a actuellement
2 400 cas d’hémophilie recensés au niveau national dont 120 à Annaba. Près de 10 %  du budget de la Pharmacie centrale des hôpitaux sont consacrés aux hémophiles. Les services de la prévention du ministère de la Santé s’emploient à sensibiliser les citoyens sur cette maladie en conseillant d’éviter les mariages consanguins qui favorisent l’apparition de cette maladie chez les enfants issus  de ce type de mariage, les risques sont ainsi multipliés », a-t-elle déclaré hier au cours de la 14e édition des Journées internationales de déontologie médicale qui  s’est tenue à l’hôtel Majestic à Annaba. Sur la prise en charge rapide de cas d’hémophilie, Mme Djamila Nadir conseillera aux parents de s’adresser directement aux services concernés dès l’apparition des symptômes en l’occurrence, ecchymoses, bleus qui apparaissent sur le corps et ne pas se dire que c’est juste de petites égratignures. L’examen biologique en laboratoire déterminera si l’enfant est atteint d’hémophilie ou non. Le diagnostic est simple. Lors du mariage, si le bilan prénuptial fait apparaître cette maladie chez la femme, celle-ci doit prendre ses dispositions et informer le médecin avant son accouchement pour éviter des complications qui pourront toucher le bébé. Rappelons que l’hémophilie est un trouble hémorragique grave, héréditaire, qui se traduit par l’incapacité du sang à coaguler correctement, entraînant dans les cas graves un saignement incontrôlé qui est soit spontané, soit lié à un traumatisme mineur. Bien qu’une personne atteinte d’hémophilie ne saigne pas plus ou plus vite qu’une personne non atteinte, elle saigne plus longtemps et les saignements récurrents peuvent entraîner une détérioration importante, notamment au niveau des articulations.  (cf. Roche)