Plus de 800 hameaux et villages, considérés comme des «zones d’ombre», nécessitant une «mise à niveau» à même de garantir une amélioration «graduelle» des conditions de vie des habitants de ces villages, ont été recensés à travers les communes de Médéa, a-t-on appris samedi auprès des services de la wilaya. Initié sur instruction du gouvernement, ce recensement, qui concerne l’ensemble du territoire national, vise à «faciliter le traitement et la prise en charge», des insuffisances et des déséquilibres enregistrés au niveau de ces zones d’ombre, a-t-on précisé. La première phase de ce recensement, entamée, au courant du mois de février passé, a permis, selon la même source, le recensement de quelque 828 hameaux et petits villages isolés, ventilés à travers les 64 communes que compte la wilaya de Médéa, ajoutant que la seconde étape de ce travail consiste à l’identification des besoins «urgents» couvrant les différents aspects de la vie quotidienne des citoyens devant être pris en charge localement. Des commissions de daïras, composées de représentants de différents secteurs, travaillent actuellement d’arrache-pied afin de lister tous les projets susceptibles d’aider à «corriger» le déséquilibre enregistré au niveau de ces zones, que ce soit dans le domaine de l’habitat rural, l’AEP, l’assainissement, l’agriculture ou l’élevage, a-t-on indiqué. Un «tableau de bord» détaillé, incluant toutes les zones d’ombre et les actions à entreprendre en direction des habitants de ces hameaux et villages enclavés, devrait être «finalisé, dans les tous prochains jours», a-t-on souligné. n