La défaite cause la frustration. Personne ne l’aime dans le sport. Après un revers, c’est difficile de se contenir au moment de faire les déclarations. Thibaut Courtois, portier de la Belgique, n’a pas mis le filtre après avoir perdu la demie face à la France. Il avait notamment laissé entendre que les poulains de Didier Deschamps étaient des « bleus ».

Pour de vrai, car ils ont refusé le jeu. Le keeper a paru tel un mauvais perdant. Sans langue de bois, il a eu droit à la hache de la presse française. Une situation pas vraiment géniale. Aussi, Griezmann, y est allé de sa pique pour répondre à des propos qui ont fait mouche. «Courtois a joué à l’Atlético de Madrid, il a été champion d’Espagne. Et à Chelsea, il croit qu’il fait le jeu du Barça? Non! On s’en fout de la manière, de comment on gagne, on a gagné! », a lâché le petit Antoine. On ne peut donc pas dire qu’il avait éteint le feu ou joué au « fireman ». Mais c’était de bonne guerre parce que le Madrilène n’est pas le genre à manquer de classe. Malgré l’absence de considération du Belge, « Grizou » ne s’est pas défait de son costume de gentleman. Samedi, Courtois et ses compères ont joué et gagné la petite finale. Une consolante qui a fini par offrir son lot de consolation aux camarades d’Eden Hazard détenteurs du bronze du Mondial. Une victoire venue atténuer, quelque peu, l’amertume. Réinstaurer l’esprit du fair-play et ses vertus. Les « Red Devils » ont pu rendre l’épilogue moins infernal en bouclant la messe avec une victoire géniale. Assez pour détendre l’atmosphère devenue plus conviviale. « Peut-être que j’ai réagi un peu trop fort. Mais bon, qu’est-ce que vous voulez…, a concédé Courtois. J’ai vu les réactions, les Français m’ont tué un peu (sourire). Mais bon, il faut comprendre que c’était à chaud, deux minutes après une élimination en demi-finale lors de laquelle tu sens que tu n’étais pas plus mauvais que la France », a justifié le dernier rempart des « Diables Rouges » qui voulait jute dire que « la France avait tout fait pour nous empêcher de développer notre jeu et ce n’était pas péjoratif.» Le longiligne gardien a poursuivi son mea-culpa : « Peut-être que le mot ‘anti-foot’ (sic) n’était pas le bon, mais comme Antoine a dit la manière ne compte pas si tu gagnes. Et il a bien raison là-dessus. C’est un malentendu et j’ai peut-être réagi trop fort, alors désolé », ajoutera Courtois. Très courtois.