Opération limogeage massive au sein de la Société des eaux et de l’assainissement d’Alger (Seaal) : le directeur général et plusieurs cadres de Seaal ont été remerciés hier.

Le ministre des Ressources en Eau, Arezki Berraki, a, en effet, mis fin hier aux fonctions du Directeur général de cette entreprise, Brice Cabibel, rapporte le site Ennahar Online. Cette décision a été prise pour «mauvaise gestion» dans la distribution de l’eau au niveau des wilayas de Tipasa et Alger, constatée par une commission d’enquête dépêchée chez Seaal par le premier responsable du secteur, souligne la même source.
La même sanction a été décidée contre plusieurs cadres de l’entreprise, à savoir les Directeurs de la production, de la distribution, et des agences de Aïn Benian, Bordj El Bahri, Zéralda, Chéraga, Ouled Fayet et Draria, ainsi que le Directeur de la communication.
Ces limogeages interviennent alors que Seaal fait face, depuis plusieurs semaines, au courroux des citoyens de nombreuses communes des deux wilayas enquêtées. Ces derniers sont livrés à des perturbations qui ne s’arrêtent plus, déclinées entre coupures au quotidien et pénuries de plusieurs jours, rappelant les longues années éprouvantes d’une distribution au compte-gouttes.
Mais c’est lors de l’Aïd El Adha, il y a quatre semaines, que l’absence de la moindre goutte dans les robinets a fini par faire déborder le vase de la colère, lorsque des coupures étaient venues gâcher la fête des Algériens à Alger et Tipasa, mais aussi dans plusieurs autres régions du pays, poussant les responsables concernés par la gestion et la distribution des ressources hydriques à mettre cette situation sur le compte de la consommation «record» qui caractérise cette fête consacrée au sacrifice.
C’est en tous les cas ce qu’avait annoncé le Directeur général de l’Algérienne des eaux, (ADE), Amirouche Ismaïl, lors d’une conférence de presse organisée au lendemain de l’Aïd El Adha, précisant que cette consommation record, «supérieure à 10 000 000 m3/jour» au niveau national dépassait les capacités de stockage et de distribution disponibles.
Abondant dans le même sens des justificatifs, le désormais ex-Directeur général de Seaal dira que la consommation de l’eau à Alger et Tipasa a dépassé 1,6 million de m3 durant la matinée de l’Aïd, dont plus de 1,3 million de m3 à Alger seulement, ajoutant que 65 000 m3 supplémentaires (+5%) avaient été mobilisés pour la matinée du premier jour de l’Aïd par rapport à l’année dernière.
Evoquant les perturbations enregistrées dans certaines communes d’Alger et de Tipasa durant la matinée du premier jour de l’Aïd, M. Cabibel avait fait état d’une consommation «record dépassant les capacités disponibles». Sauf que la «consommation record» mise en avant par ces deux gestionnaires n’aura pas suffi à convaincre les citoyens durement pénalisés, et encore moins les pouvoirs publics, notamment dans les cas d’Alger et Tipasa où les très fortes perturbations avaient été principalement causées par l’arrêt de la station de dessalement de Fouka, survenu la vielle de l’Aïd. Ce qui a poussé le ministère des Ressources en eau à déposer plainte auprès des services de sécurité pour l’ouverture d’une enquête, afin de déterminer les responsabilités dans cette panne qui, de surcroît, n’était pas la première du genre, suscitant automatiquement des interrogations. «La station de Fouka enregistre fréquemment des incidents induisant parfois son arrêt total, comme cela a été le cas en 2019. Plus d’une fois, ces arrêts inexpliqués sont intervenus à la veille de rendez-vous importants pour notre peuple», avait noté le même département, soulignant que le ministre du secteur «ne peut tolérer ce genre de situations fortement pénalisantes pour les citoyens».
La station sera, certes, rapidement remise en marche, mais la plainte était déjà partie et sera suivie par des investigations menées par le ministère sur insistance du président de la République, sur fond de soupçons d’«acte prémédité par un certain groupe» exprimés ouvertement par le Premier ministre Abdelaziz Djerad le jour même où les patrons de l’ADE et Seaal avaient organisé une conférence de presse.
«Le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune m’a chargé d’ouvrir une enquête sur les feux de forêt, le manque de liquidité au niveau des bureaux de poste et les perturbations de l’AEP», dira M. Djerad dans une déclaration à la presse, soulignant que cette instruction avait été donnée «car il est étrange que ces trois opérations, enregistrées le même mois, touchent à la stabilité et créent des problèmes dans la relation entre le citoyen et les autorités publiques».
Depuis, certaines améliorations ont été constatées dans la distribution de l’eau aux ménages, mais des perturbations sont toujours observées à Alger et Tipasa ainsi que dans d’autres wilayas où cette ressource vitale se fait désirer parfois à longueur de journée.
Ce qui semble d’ailleurs avoir poussé Abdelmadjid Tebboune à revenir à la charge, lors du Conseil des ministres tenu dimanche dernier, pour relancer le ministre des Ressources en eau et lui accorder «un délai d’une semaine pour trouver une solution définitive aux perturbations et suspensions de l’alimentation en eau dans certaines wilayas».