L’ex-chef du gouvernement italien Matteo Renzi a reçu mercredi une enveloppe contenant deux balles, une intimidation dénoncée immédiatement par l’ensemble de la classe politique.
L’enveloppe a été déposée directement à Rome au siège du Sénat, dont M. Renzi est membre, selon l’agence AGI citant des sources parlementaires, et il semble qu’elle ne contenait pas de message écrit.
Tous les partis, de la Ligue (extrême droite) au Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème avant son arrivée au pouvoir) en passant par Forza Italia (droite) et le Parti démocrate (centre-gauche), ont exprimé leur solidarité à l’ancien Premier ministre (2014-2016).
«Nous ne nous laisserons pas intimider», a réagi Teresa Bellanova, vice-ministre et membre de son parti italia Viva, sur Facebook. M. Renzi, qui a provoqué une crise politique en janvier en faisant exploser la coalition du chef du gouvernement de l’époque Giuseppe Conte, contraint à la démission, est désormais peu populaire en Italie.
Selon un sondage réalisé par Ipsos fin février pour le principal quotidien italien Il Corriere della Sera, sur une liste de 12 personnalités politiques, la première place revient au ministre de la Santé Roberto Speranza avec 40% d’opinions favorables et la dernière à Matteo Renzi avec seulement 12% d’opinions favorables.