Les agriculteurs ne devront normalement pas trop attendre pour acquérir de nouveaux équipements et notamment les tracteurs de moins de cinq ans. Le processus de mise en œuvre de l’opération d’importation de matériel agricole devrait être entamé dès la semaine prochaine, selon le ministre de l’Agriculture et Développement rural, Mohamed Abdelhafid Henni.

PAR INES DALI
«C’est à partir de la semaine prochaine que sera mise en œuvre l’application de l’instruction du président de la République, prise en Conseil des ministres, qui consiste à autoriser l’importation de matériel agricole dont les tracteurs de moins de cinq ans ainsi que les pièces de rechange», a annoncé le ministre de l’Agriculture. Il s’agit de ne pas perdre plus de temps pour pouvoir mettre à la disposition des agriculteurs les équipements dont ils ont fortement besoin, cela d’autant que la campagne labours-semailles débute en ce mois d’octobre.
«Il y a deux approches : l’importation de matériel neuf et l’importation de matériel d’occasion», a indiqué le ministre. Expliquant la possibilité introduite pour l’achat de matériel non neuf, il a déclaré que le matériel d’occasion – qui sera soumis à des contrôles – est «excessivement important, non pas parce que la production nationale est insuffisante, notamment celle des entreprises publiques, mais parce que la demande est très importante pour du matériel adapté, surtout pour les grandes superficies agricoles», selon M. Henni.
Dans ce cadre, il y a lieu de relever que la production de tracteurs ne satisfait pas les besoins du marché national et ceux-ci seront importés «en attendant de parvenir à un équilibre entre les tracteurs fabriqués localement et ceux importés», avait-on indiqué dans le communiqué sanctionnant la réunion du Conseil des ministres.
Le premier responsable du secteur de l’Agriculture a souligné que la forte demande actuelle en matériel agricole s’explique par le fait que l’Algérie veuille donner une impulsion à la culture de la terre dans le sud du pays. «L’orientation vers le Sud nécessite des équipements adaptés aux grandes superficies» et leur importation permettra aux agriculteurs de «gagner du temps, notamment en matière de gestion des grandes superficies et de gestion de la production», a-t-il estimé, en marge des débats à l’Assemblée populaire nationale sur la Déclaration de politique générale du gouvernement. «C’est donc une excellente nouvelle, nous espérons que cela donnera les résultats attendus».
A la question de savoir si les équipements devant être importés arriveront à temps, Abdelhafid Henni a répondu que la campagne labours-semailles débute en le mois courant d’octobre et prendra fin en décembre. «Nous avons le temps de trouver les équipements qu’il faut», a-t-il dit. Il a poursuivi en précisant que «ceux déjà existant sont suffisants», mais ce qui est recherché actuellement, c’est «la performance pour aller beaucoup plus vite et pour avoir des rendements beaucoup plus importants», car «le travail du sol, au préalable, est la première étape pour espérer une production importante», a-t-il souligné. L’importation du matériel agricole, tous types confondus, ainsi que ses pièces de rechange, peut être effectuée soit par les particuliers à titre individuel soit par des sociétés, rappelle-t-on. <