Les feux de forêt déclenchés vendredi dans plusieurs localités de la wilaya de Béjaïa
ont été tellement impressionnants qu’ils ont relégué en seconde zone les discussions autour
de la fête de l’Aïd El-Adha et la crise sanitaire du coronavirus.

Le décor dans le massif d’Akfadou a été métamorphosé au bout de quelques heures qui ont vu des hectares de végétation partir en fumée, suscitant l’indignation des populations locales qui n’ont d’yeux, depuis, vendredi, que vers ce relief en flammes.
Pendant ce temps, les engins de la Protection civile se rendaient fréquemment sur les lieux du drame en vue d’éteindre les feux qui continuaient jusqu’à hier dans l’après-midi à ravager des espaces de couvert végétal.
Le bilan établi par les services de la wilaya fait état de 34 départs de feu recensés vendredi à Toudja, Akfadou, Bejaïa, Boukhlifa, Darguina, Kherrata, Ayad, Tala Hamza, Taskriout, Aït Smaïl, Aokas, Amizour, Tifra, Tibane, Chellata, Fenaia, Ilmathen, Barbacha, Tazmalt…
Pour faire face à cette situation, la wilaya de Béjaïa a indiqué hier avoir « reçu des renforts de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj pour maîtriser les incendies, en attendant l’arrivée des deux hélicoptères » d’Alger durant la journée de samedi.
Ces hélicoptères sont en effet entrés en action hier à Toudja, selon des sources locales, alors qu’un autre hélicoptère a atterri hier aux environs de 15H à Akfadou (60 km au nord-ouest du chef-lieu de wilaya) où la densité de la végétation fait craindre une résurgence d’incendies qu’on aurait considérés éteints.
Et si les services de la Protection civile de la wilaya de Béjaïa ont fait état de plus de 100 h de végétation ravagés par les incendies durant les dernières 24 heures, les populations aussi bien à Akfadou, Adekar, Tifra, Sidi-Aïch, Toudja, Tibane craignent le pire.
Surtout que des vents soufflent sur la région, ce qui favorise, malheureusement, l’avancée des flammes, alors que des voix locales pointent des intentions criminelles aux « artisans » de ces incendies.
En plus de ce feu important dans la région d’Akfadou, d’autres feux ayant connu une étendue considérable ont été signalés à Darguina, à 35 km à l’est de Béjaïa, à M’cisna, sur les hauteurs de Seddouk (60 km au sud-est de Béjaïa) et Toudja, à 40 km à l’ouest de Béjaïa.
La concomitance de ces feux, en plus d’avoir noirci le ciel, a donné lieu à une chaleur torride et étouffante pour les habitants tenus, plus que les exigences de la crise sanitaire, à un confinement auquel il est difficile de ne pas se conformer.
Evacuation des familles à Tibane
Les villageois de la commune de Tibane (10 km de Sidi Aïch) ne sont pas près d’oublier, eux, le premier jour de l’Aïd quand l’avancée des flammes a menacé de « raser » des habitations, d’où ont été évacuées de nombreuses familles.
Il aura fallu la mobilisation de villageois de la région pour parer au plus urgent afin d’éviter le pire alors que les feux étaient au seuil des habitations et à quelques mètres seulement des lignes électriques.
Et si les habitants de ce village s’en sortent « sains et saufs » avec un bilan de « plus de peur que de mal », les appels fusaient de toute part pour inviter les citoyens à un effort supplémentaire dans le nettoyage des champs et le débroussaillage des alentours pour protéger les lieux et les habitations de ce genre de menace. n