Le premier vol commercial entre le Maroc et Israël a été effectué, hier mardi, reliant Tel-Aviv à Rabat. A son bord, le gendre et conseiller du président américain Donald Trump, Jared Kushner, et des responsables du cabinet du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.
Cette liaison aérienne, la première du genre depuis la déclaration de la normalisation des relations entre le voisin maghrébin et Israël, indique que ce processus de rapprochement est bien en cours avec des développements géopolitiques inédits à l’échelle de la sous-région. Pour l’Algérie, la normalisation des relations maroco-israéliennes en contrepartie de la reconnaissance de la « souveraineté » de Rabat sur le territoire du Sahara occidental représente une source de déstabilisation de l’ensemble nord-africain et une menace pour sa sécurité. Après les Emirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan, le Maroc est devenu le quatrième pays du monde arabe à annoncer cette année une normalisation de ses relations avec Israël sous l’égide de l’administration Trump. « J’étais ici il y a quelques mois pour le premier vol vers les Emirats arabes unis après cette percée historique en faveur de la paix. Depuis, des vols commerciaux font la navette plusieurs fois par jour entre les deux pays (…). Mon espoir est que ce vol aujourd’hui au Maroc crée la même dynamique », a déclaré Jared Kushner sur le tarmac de l’aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv.
« 50 000 Israéliens viennent tout juste de se rendre à Dubaï et ce qui se passe là-bas est une révolution parce que les Emiratis les ont accueillis chaleureusement (…) et la même chose va se produire maintenant à Rabat et Casablanca », avait déclaré lundi soir M. Netanyahu, dont le conseiller spécial à la sécurité, Meir Ben Shabbat, s’est aussi envolé mardi pour Rabat à bord d’un avion de la compagnie israélienne El Al.
Ce vol Tel-Aviv/Rabat doit être suivi par la signature d’accords au Maroc et le développement, à terme, de lignes aériennes directes entre les deux pays. n