Par Feriel Nourine
C’est une semaine à tendance baissière qu’entamaient hier les cours du pétrole, sur fond d’un retour à l’équilibre entre l’offre et la demande engendré par une demande en berne sous la menace toujours persistante de la pandémie de covid-19.
Sur les marchés, les deux références européenne et américaine perdaient de leur valeur, alors que l’Arabie saoudite, par l’entremise de Saudi Aramaco, à abaisser ses prix pour ses clients asiatiques d’au moins un dollar pour ses types de brut, selon la presse spécialisée.
Vers 16H20, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre s’échangeait à 72,24 dollars à Londres, en recul de 0,54% par rapport à la clôture de vendredi.
A New York, le baril américain de WTI pour octobre cédait de son côté 0,51% à 68,94 dollars.
«Quand le géant saoudien baisse ses prix, ce qui signifie qu’il voit un changement de l’équilibre entre l’offre et la demande, les investisseurs ne peuvent que suivre le mouvement», a commenté Bjornar Tonhaugen, analyste chez Rystad Energy, laors que de son côté, l’analyste chez SEB Bjarne Schieldrop, a prévenu que «les variants du Covid-19 risquent de peser plus que prévu sur la remontée de la demande».
C’est en tous les cas ce que pourrait annoncer la situation actuelle du marché, à travers un ralentissement entamé vendredi, et que les spécialistes mettent sur le compte de l’accélération du variant Delta du coronavirus.