Après une légère baisse des cours du pétrole vendredi dernier, terminant à 45,05 dollars, le prix spot du brent a dépassé ce lundi, premier jour de cotation, les 46 dollars le baril. Cette hausse ponctuelle est due, selon les analystes du marché pétrolier, au passage de l’ouragan « Laura » le 26 août qui succédait à « Marco » le 23 août. Ils expliquent à ce propos que ces deux ouragans sont à l’origine dès le 23 août de baisses importantes de la production américaine liées aux fermetures, par précaution, des plateformes pétrolières situées dans le golfe du Mexique causant une réduction de la production de moins de 1,5 million de baril par jour entre le 23 et 29 août. D’autres analystes estiment pour leur part à propos de cette légère hausse des cours qu’elle est due aux mesures de relance mondiales « continuant à soutenir les prix mais les gains étant plafonnés en raison des craintes d’une offre excédentaire », soulignent-ils.
Ainsi les futurs prix sur le BRENT ont augmenté de 46,45$ à 10h30 et les futures WTI ont augmenté de 1,1% à 43,44$.Toujours dans ce même registre de légère hausse, un autre facteur à prendre en compte, un dollar faible qui a également soutenu le pétrole « mais la lenteur de la reprise de la demande de carburant, alors que le nombre de cas Covid-19 continue d’augmenter, et les craintes d’une offre excédentaire ont refroidi le sentiment des investisseurs », s’accordent à dire des connaisseurs du marché pétrolier. Avançant en outre que certains investisseurs ont mis en garde contre les obstacles à venir pour le liquide noir.
« Nous pensons que l’impact d’un dollar moins cher par rapport aux niveaux actuels aura un impact minimal sur les achats de brut, indépendamment d’un prix du brut légèrement plus favorable… la relation entre la demande et l’élasticité des prix est émoussée dans l’environnement actuel, parce que le pétrole est déjà bon marché et facilement disponible et qu’il existe actuellement une pénurie d’acheteurs », a déclaré Mike Tran de RBC Capital dans une note. L’avertissement de Tran a été appuyé par les données de Refinitiv et Vortexa qui prévoient que les importations chinoises de pétrole brut en septembre vont chuter pour la première fois en cinq mois.
Pendant ce temps, le ministre saoudien de l’Energie, le prince Abdulaziz bin Salman Al-Saud, aurait déclaré dimanche que Saudi Aramco (SE:2222) avait découvert deux nouveaux champs de pétrole et de gaz, le champ pétrolier Abraq al-Tolou et le champ gazier Hadabat al Hajara, dans les régions du nord du pays.