Le marché pétrolier se porte de mieux en mieux depuis l’entrée en vigueur, le 1er mai, des réductions massives opérées par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires dans le cadre de l’accord Opep+ du 12 avril.
Hier, les cours du pétrole poursuivaient encore leur hausse, rapprochant le baril de Brent de la mer du Nord des 40 dollars. A 17H30, la référence européenne pour livraison européenne atteignait 39,45 dollars sur l’Inter Continental Exchange, gagnant 2,95%, soit 1,13 dollar, par rapport à la clôture de lundi. A New York, le baril américain de West Texas Intermediate (WTI) pour le mois de juillet gagnait 2,54%, à 36,34 dollars. Lundi, les deux cours de référence avaient terminé en ordre dispersé mais proches de l’équilibre. La réduction de l’Opep+ fait donc son effet sur le marché, alors que la réunion, par visioconférence, de l’alliance pourrait être avancée à la fin de la semaine en cours, contre celle de la semaine prochaine, comme initialement prévu. Laquelle réunion a de fortes chances d’aboutir à un prolongement des coupes en vigueur au-delà du 30 juin. Les contacts se poursuivent dans cette perspectives ces derniers jours, avec comme principal acteur l’Arabie saoudite. Le premier exportateur mondial souhaiteraient reconduire la réduction de 9,7 millions de barils par jour jusqu’à la fin de l’année 2020, alors que de son côté, la Russie se dit partante pour une prolongation qui ne dépasserait pas les deux mois.
«L’enthousiasme» domine le marché de l’or noir, a confirmé Bjornar Tonhaugen, de Rystad Energy, grâce aux rumeurs selon lesquelles les pays de l’Opep+ discuteront très bientôt de la prolongation après juin des ‘généreux’ 9,7 millions de barils par jour.»
Pour rappel, les termes de l’accord Opep+ précisent que cette réduction doit passer à 7,7 mbj au second semestre de l’année en cours, puis à 5,8 mbj de janvier 2021 à avril 2022. Or, Ryad fait pression pour maintenir les prix de l’or dans leur trajectoire positive de ces dernières semaines. D’où la campagne que mène le royaume au profit d’une prolongation de la réduction, et ce après avoir décidé, il y a une vingtaine de jours, de couper davantage dans son offre pour le mois de juin en cours, puis suivi dans cette démarche par le Koweït et les Emirats arabes unis.<