v


En plus des trois événements qui ont influencé le prix du pétrole la semaine écoulée, à savoir la baisse des stocks de pétrole aux Etats-Unis, la réunion technique de l’Opep+ et les indicateurs peu favorables concernant les économies américaine et européenne, ajoutons l’impact du souffle de l’ouragan «Marco» et de la tempête tropicale «Laura» qui ont mis à l’arrêt plus de la moitié de la production de pétrole dans le Golfe du Mexique. Ces deux éléments ont eu pour effet de faire passer les cours du pétrole vers le vert. Autrement dit, une légère hausse des cours a été enregistrée en ce début de semaine. En témoigne le Baril du Brent de la Mer du Nord, lundi dernier, pour livraison en octobre valait 44,69 dollars à Londres soit une croissance de 0,77% par rapport à la clôture de vendredi. Même cas de figure à New York où le baril américain de WTI pour le même mois gagnait 0,76% à 42,66 dollars. Pour l’analyste Bjornar Ton Haugen, «les conditions climatiques ont interrompu la production de pétrole dans le golfe du Mexique, ce qui a provoqué une légère hausse des prix du pétrole». Toujours au registre de l’origine de la légère hausse, une agence américaine a indiqué dimanche dernier qu’à l’approche de l’ouragan «Marco» et de la tempête tropicale «Laura», les compagnies énergétiques ont décidé de suspendre par précaution l’équivalent de 58% de la production de pétrole dans le golfe du Mexique». Ce taux correspond à 1,07 million de barils par jour. Autre impact des mauvaises conditions climatiques dans le Golfe du Mexique, le personnel des 114 plateformes de production sur les 643 plateformes, qui fournissent 17% de la production américaine de brut, a été évacué par mesure de prudence. Une situation qui pourrait bien devenir l’aiguillon des marchés du brut «au cours des trois prochains jours», a indiqué Eugen Weinberg, analyste. Concernant l’évolution des conditions climatiques dans cette même région, le Centre national des ouragans (NHC), basé à Miami, informe que «Marco» s’est transformé en ouragan dimanche et devait traverser le centre du golfe du Mexique dans la journée avant de s’approcher de l’Etat américain de Louisiane lundi. Selon le même institut, «Laura» devrait s’approcher du centre et du nord-ouest du golfe du Mexique mardi soir et mercredi.
«Le dollar américain plus faible» stimule également les prix du brut, a noté Craig Erlam, analyste. Toute baisse du dollar rend le baril, libellé en billet vert, plus attractif pour les investisseurs munis d’autres devises. Retenons, enfin, concernant la réunion de l’Opep, qui s’est tenue la semaine dernière, les pays membres ont convenu, face à la fragilité du marché et aux incertitudes sur la demande pétrolière, de gérer l’offre avec sérieux afin de soutenir les prix. Les déclarations irakiennes vont dans ce sens car évoquant une réduction globale de 1,2 Mb/j de la production en août et en septembre pour compenser la surproduction survenue au cours des trois mois précédents.