Après la stabilisation observée aux premiers mois de la pandémie de la Covid-19, le dinar algérien renoue avec sa tendance baissière face à l’Euro sur le marché parallèle de la devise. Depuis quelques semaines, la monnaie nationale cède du terrain sans interruption devant la devise européenne. Celle-ci s’est installée nettement au-dessus des 200 DA, dépassant même les 205 DA au cours de certaines séances sur la place publique.
L’Euro n’est pas seul à monter face au dinars, puisque le dollar américain fait de même et s’échange jusqu’à 170 DA. C’est là le résultat d’un rebond qui prend les formes d’un envol ces derniers jours, grâce à l’espoir d’une prochaine réouverture des frontières qui anime les cambistes du marché parallèle. Ces derniers ont, en effet, déjà constaté un retour en force des acheteurs d’Euros, selon les dires de l’un d’eux et ce mouvement aurait été déclenché par une «éventuelle» reprise du trafic aérien vers les autres pays, déduit-il.
La demande en devise reste cependant nettement inférieure par rapport à ce qu’elle était avant la mise en place des mesures sanitaires, en mars dernier. Mais les vendeurs de monnaie forte savent gérer le marché en y injectant des montants au compte-gouttes, de sorte à maintenir cette demande et même de l’augmenter, nous explique-t-on encore. Dans la même logique, ils comptent sur une réouverture des frontières qui, prévoient-ils, provoquera une demande record de la part de tous les Algériens qui ont dû reporter leurs projets de transactions hors frontières et attendent la reprise du trafic aérien international.
En dépit des taux atteints sur le marché parallèle, l’Euro et le Dollar restent largement loin de leur valeur d’il y a une année (1 Euro = 240 DA). C’est, en fait, sur le marché de change officiel que la monnaie nationale est en train de battre des records en matière de dépréciation. Une année 2020 à inscrire parmi les plus pénibles pour le dinar avec des chutes qui se sont suivies sans s’arrêter, quasiment de semaine en semaine.
Dans cette logique infernale, fort préjudiciable pour l’économie nationale, la monnaie unique européenne s’est établie à 159,12 Dinars à l’achat et à 159,16 Dinars à la vente, selon les dernières cotations publiées par la Banque d’Algérie. Un nouveau record de l’Euro au détriment du Dinar, mais aussi du Dollar, sachant que la monnaie européenne s’échange à 131,34 dinars à l’achat et à 131,35 dinars à la vente.
La Livre sterling s’échange à 173,89 dinars à l’achat et à 174,02 dinars à la vente et le Franc suisse s’établit à 14 810,7 Dinars à l’achat et à 14 819, 07 Dinars à la vente. Le Dirham marocain est à 14,59 DA à l’achat et à 14,59 DA à la vente, alors que le Dinar tunisien s’échange à 48,17 Dinars à l’achat et 48,66 DA à la vente. Et enfin, le Dinar libyen est coté à 97,25 dinars à l’achat et à 97,74 dinars à la vente.
Faut-il rappeler qu’en sus, le Dinar n’est pas encore au bout de ses peines, sa dépréciation étant appelée à se poursuivre, en 2021 et les deux années suivantes, notamment face au Dollar américain. En ce sens, le Dollar s’échangera à 142,20 DA l’année prochaine, puis à 149,31 DA en 2022 et 156,78 DA en 2023. n