Par Hakim Ould Mohamed
Le dinar s’est encore replié face aux deux principales devises, l’euro et le dollar, dans le sillage de l’ouverture des dessertes maritimes et de la hausse des fréquences des vols internationaux de et vers l’Algérie. Les deux principales devises consolident leurs gains face au dinar ; l’euro s’échangeant à 214 dinars sur le marché parallèle des changes et le dollar grimpant à 184 dinars.
Le mouvement de hausse s’est accéléré, ces derniers jours, notamment après la décision des autorités publiques d’ouvrir un peu plus les frontières aériennes et maritimes, encouragées par une situation pandémique qui perd de plus en plus de terrain. Le nombre des contaminations quotidiennes ayant chuté à moins de 100 cas ces derniers jours. Le dollar canadien et la livre sterling ont évolué à une cadence moins accélérée que celle qu’ont connue l’euro et le dollar américain. Le dollar canadien valait 141 dinars, hier, au square Port-Saïd, réputé comme plaque tournante du change parallèle à Alger, tandis que la livre sterling s’est échangée contre 243 dinars. Les deux plus importantes hausses ont été observées sur la courbe des deux parités dinar-euro et dinar-dollar.
Les cambistes s’y attendaient, l’ouverture des frontières allait accélérer le mouvement haussier de la valeur des principales devises sur le marché parallèle. Les dessertes maritimes à destination du Vieux Continent ont repris la semaine dernière, à raison de trois traversées hebdomadaires reliant les côtes algériennes à celles de la France et de l’Espagne. Cette reprise intervient après près de deux années de suspension ; un arrêt s’inscrivant dans le cadre des mesures de lutte contre la diffusion du Coronavirus. Algérie Ferries n’a pas exclu la possibilité d’ajouter des traversées supplémentaires vers d’autres destinations en fonction de l’évolution de la situation sanitaire dans le pays. De son côté, la compagnie nationale de transport aérien a décidé depuis peu de renforcer son programme de vols internationaux et d’ajouter de nouvelles destinations à son plan de vols. Douze nouveaux vols ont été, en effet, ajoutés au programme d’Air Algérie, de nouvelles lignes jamais opérées par Air Algérie depuis la réouverture des frontières et une augmentation de fréquences pour certaines destinations desservies jusque-là. Ces mesures, se rapportant au renforcement des dessertes d’Air Algérie et à la reprise des liaisons maritimes, ont alimenté la demande en devises et les prévisions de hausse de cette demande ; celle-ci se limitant pendant plusieurs mois à quelques transactions opérées par des émigrés au profit d’Algériens résidents, en plus de l’offre provenant des retraités et des pensionnaires algériens. Ces prévisions de hausse de la demande ont fait rebondir l’euro de 210 à 214 DA en quelques jours seulement. Le dollar a grimpé, quant à lui, de 176 à 184 DA en près de dix jours. En revanche, sur le marché interbancaire des changes, le dinar a subi une dépréciation modérée face au dollar essentiellement, puisque contre la principale devise du Vieux Continent, la tendance était vers la stabilisation depuis maintenant plusieurs semaines.
Le dinar s’est, en effet, maintes fois replié face au dollar ; ce dernier signant un record de près de 144 dinars. Dans les cotations hebdomadaires des billets de banque et des chèques de voyage, publiées hier par la Banque d’Algérie, le dollar valait 143,27 dinars, tandis que l’euro s’échangeait contre 166,40 dinars. La valeur du dinar tend à se stabiliser face à la monnaie unique après que celle-ci ait battu un record de 170 dinars, il y a quelques mois, alors que le dollar avait testé les 144 dinars sans franchir le pas au-delà. n