Par Feriel Nourine
Le marché national des assurances, toutes branches confondues, a produit 112,7 milliards de dinars durant les neuf premiers mois de 2021, soit une hausse de 6,7% par rapport à la même période de 2020, indique le Conseil national des assurances (CNA) dans sa dernière note de conjoncture, soulignant que les assurances dommages continuent à dominer nettement le secteur en totalisant 87% de sa production entre janvier et septembre derniers. Sur le registre des sinistres, le conseil enregistre également une augmentation des déclarations, soit 11,4% en montant et de 1,3% en nombre de dossiers, engendrée par les assurances de dommages à hauteur de 7,4% ainsi que les assurances de personnes avec 58,6%. Même tendance haussière observée en stock, soit 3,6% en montant et 0,4% en nombre de dossiers, lit-on sur la note. Quant aux règlements, ils affichent une évolution de 13,3% en montant mais régressent de 1,4% en matière de contrats, ajoute la même source. Concernant le taux de règlement, le marché a observé une progression de 2,1%, soit 30,5% au 30/09/2021, contre 29,9% à la même période de 2020.
Aisément installées en tête du secteur, les assurances dommages ont donc poursuivi leur domination sans aucune concurrence durant la période référence abordée par la note de conjoncture du CNA. Bien plus, les dommages ont encore soigné leur production cette année pour la porter à 98 milliards de DA à fin septembre dernier, soit une hausse 7,1%, due en grande partie aux performances de la branche Incendies et risques divers (IRD) qui a progressé de 20,9%. Une évolution que le CNA met au compte de «la reprise de l’activité économique après le ralentissement dû aux retombées des épisodes de confinement préventif face à la propagation de la pandémie Covid-19». La branche IRD a été tirée principalement par les sous-branches «incendie, explosions et éléments naturels» et «autres dommages aux biens» enregistrant des taux de croissance respectifs de 23% et 15,2%, explique le Conseil, précisant que ces deux sous-branches détiennent 95,4% du total des réalisations de la branche IRD. «Cette hausse est expliquée par la concrétisation de nouvelles affaires», souligne encore le même document.
A l’inverse de l’assurance IRD, les branches automobile et agricole ont vu leur production reculer durant les neuf premiers mois de 2021. L’assurance automobile a cédé 3,8% par rapport à la même période de 2020, impactée «essentiellement par la vétusté du parc automobile, conséquence du recul, voire quasi-arrêt, des importations et la cessation de la production locale», note une fois le CNA pour une branche qui poursuit son recul après avoir été longtemps la locomotive des assurances dommages et du secteur. Dans la même tendance baissière, la branche agricole a cédé 2,4% du marché des assurances dommages pour se contenter d’une part de 1,6%. Cette baisse est observée, notamment, au niveau des sous-branches «production végétale» (-5,8%) et «production animale» (-4,5%) qui détiennent près de 58% du chiffre d’affaires de la branche. «La vente du cheptel, voire l’abandon du métier par certains éleveurs de bovins laitiers, sont à l’origine du recul constaté et ce, pour cause de cherté de l’aliment et du retard important dans le versement de la prime de collecte de lait, ce qui a affecté sensiblement la non-adhésion à la souscription d’une couverture assurancielle», justifie le conseil
A noter aussi la progression de la branche transport entre janvier et septembre de l’année en cours. Laquelle a enregistré un plus de 6,1%, grâce à la sous-branche «transport aérien» qui a connu un bond de 144%, suite à la forte augmentation des primes en «corps de véhicule aérien» (+162,8%). Celui-ci comptabilise une production additionnelle de 162,8 millions de DA, comparativement à la même période de l’année dernière (54,8 millions de DA). La branche crédit, quant à elle, croît de 29,4%, tirée, principalement, par la sous-branche «crédit immobilier» qui augmente de 61,8%, suivie par la sous-branche «crédit à l’exportation» dont la production évolue de 23,6%. n