Le secteur des assurances en Algérie poursuit sa phase de rétablissement de la pandémie de Covid-19, qui avait provoqué un relâchement au sein de ses différentes branches. Après une année 2021 marquée par un retour à la croissance positive, le marché national des assurances a traversé le premier trimestre 2022 dans la même tendance, soignant ses résultats par rapport à la même période de l’année dernière.

En effet, sur les trois premiers mois de l’année en cours, ce marché a dégagé un chiffre d’affaires de 45,8 milliards de dinars contre 43,5 milliards de DA, soit une augmentation de 5,2%, indique le Conseil national des assurances (CNA) dans sa dernière note de conjoncture.
Comme le veut la coutume, les assurances de dommages ont poursuivi leur domination sans partage du secteur lors du trimestre de référence, raflant 85,7% du résultat affiché, après avoir atteint un chiffre d’affaires de 39,2 milliards de DA, en hausse de 6%. Suivent les assurances de personnes avec une part de 10,4% et une progression de 26,9%, puis, les acceptations internationales avec 3,9%, lesquelles ont chuté de 35,1%, précise le conseil.
La hausse produite par les assurances de dommages «est générée par la croissance constatée au niveau de toutes les branches, à l’exception de la branche «Agricole» qui recule de 15,3% comparativement au 31/03/2021», indique la même note. Par branches, l’Automobile continue à servir de locomotive à cette catégorie d’assurances avec un taux de 51,2% et un chiffre d’affaires d’un peu plus de 20 milliards de DA réalisés du 1er au 31 mars de 2022, contre 19,2 milliards de DA pour la même période de 2021, soit une progression de 4,6%.
Une croissance qui pourrait surprendre dans un marché automobile qui continue à évoluer carrément sans véhicules neufs et un parc automobile qui vieillit avec des véhicules dont la valeur régresse systématiquement sur le marché des assurances. Sauf qu’une telle évolution est justifiée par la même source, laquelle explique que l’Automobile doit ses performances aux «Risques non obligatoires» qui ont augmenté de 5,8%, par rapport au 31/03/2021, détenant 39,7% du marché des assurances de dommages et 77,6% du chiffre d’affaires de la branche. Il faut compter également avec la «Responsabilité civile automobile» qui pèse 22,4% du total de la branche et détient 11,5% de parts de marché des assurances de dommages, pour un chiffre d’affaires de 4,5 milliards de DA.
De son côté, la branche «Incendie et Risques Divers (IRD)» a clôturé le premier trimestre 2022 avec un chiffre d’affaires de 16,1 milliards de DA, soit une progression de 7,5%, qui «trouve son origine dans la performance enregistrée par la sous-branche «Incendie, explosions et éléments naturels», avec un taux de croissance de 17,2%, en montant, et 16,5% en termes de nombre de contrats et ce, par rapport à la même période de l’exercice 2021», lit-on sur la note de conjoncture.
Quant aux «Assurances agricoles», elles réalisent toujours un rendement faible par rapport au chiffre d’affaires du marché global, soit un taux de tout juste 1,3% réalisé durant le trimestre dernier. Avec une production de 507,9 millions de DA, cette branche a connu une baisse de 15,3% par rapport au premier trimestre 2021, alors que sur l’ensemble de l’année 2021, elle avait affiché un taux de 1,6%, en recul de 4,2% par rapport à 2020.
Ce repli a été causé par l’ensemble des sous-branches, notamment «Production végétale» et «Production animale» qui cumulent 61,4% et régressent, respectivement, de 27,5% et 8,4%. «Cette situation trouve explication, en grande partie, par l’abandon du métier par les éleveurs en raison de la cherté des aliments de bétail, ainsi que par la perte d’importants contrats par la société leader», note la même source.
Côté transport, l’assurance a réalisé un chiffre d’affaires de 1,8 milliard de DA, soit une part de 4,6% du portefeuille dommages au premier trimestre 2022, en hausse de 13,3%. Un résultat qui s’explique par «le niveau des primes émises réalisées par les sous-branches «Transport maritime» et «Transport terrestre» qui occupent des parts respectives de 58,8% et 24,2% du portefeuille de ladite branche, et évoluent, respectivement, de 25,6% et 3,6%, relativement au T1-2021», explique-t-on encore.
Enfin, l’assurance «Crédit» a affiché un chiffre d’affaires de 748,4 millions de DA, en progression de 16,9%. «Une tendance engendrée, essentiellement, par la sous-branche «Insolvabilité générale» qui détient une part de 48,2% du portefeuille de la branche et évolue de 32,5%», évalue le CNA, ajoutant qu’additivement, les sous-branches «Crédit à l’exportation» et «Crédit immobilier» ont progressé respectivement, de 30,8% et 5%.
Concernant le volet «Sinistres», le CNA fait savoir que les cas déclarés auprès des sociétés d’assurance, au titre du premier trimestre 2022, ont atteint 17,4 milliards de DA, en régression de 9,4%, et 21,8% en nombre de déclarations, comparativement à la même période de 2021.
La même tendance baissière est constatée en termes de règlements des sinistres, soit 15,3% en montant et 26,9% en nombre de dossiers réglés. Pareillement, les stocks restant à payer affichent une régression de 3%, en montant, et 3,3% en nombre de sinistres en suspens. «Le repli en matière de sinistres est engendré, principalement, par la régression des sinistres des assurances de dommages qui représentent la plus grande part des sinistres du marché», justifie-t-on.
Pour rappel, en 2021, le marché national des assurances avait atteint 151,9 milliards de DA contre 144,9 milliards de DA en 2020, soit une hausse annuelle de 4,8%, selon les chiffres livrés par le même CNA.