L’Agence algérienne pour le rayonnement culturelle (AARC) a fait savoir, hier, que le projet de plateforme de vente en ligne d’œuvres d’art intitulée lawhati.dz sera officiellement lancé aujourd’hui au palais de la culture Moufdi-Zakaria par la ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendouda.

Par Nadir Kadi
L’agence, qui dépend du secteur de la culture, précise en ce sens dans son communiqué que la concrétisation du projet fait suite aux directives de la commission «marché de l’art» initiée sous la tutelle du ministère de la Culture et des Arts, avec pour but, «la création d’une dynamique économique et artistique».
Outil numérique qui devra participer à la concrétisation de cet objectif, le site internet lawhati.dz sera ainsi mis à la disposition des artistes créateurs d’art visuel et aux acquéreurs d’œuvres d’art. lawhati.dz, explique l’AARC, regroupera «des œuvres artistiques permettant aux artistes algériens d’exposer et de vendre en ligne leurs créations originales». Les artistes seront ainsi invités dès le lancement, prévu à 12 heures, à ouvrir leurs comptes et proposer leurs créations. L’ARRC souligne à ce propos que cette «nouvelle option commerciale» de vente sur Internet «est possible grâce à l’informatisation et la sécurisation des moyens mis en ligne». Cependant, aucune information sur les moyens de payement des œuvres n’a pour le moment été communiquée par l’AARC.
Marché de l’art qui reste encore embryonnaire, plusieurs plateformes du même genre ont, pour rappel, déjà été proposées par des artistes sans toutefois faire l’unanimité, d’autant que plusieurs créateurs d’art visuel arrivent déjà à se faire connaître et à proposer leurs travaux via les réseaux sociaux. A ce titre, le projet lawhati.dz se veut également un moyen de promotion grâce à son espace de galerie virtuelle : «Notre portail www.lawhati.dz se veut une réponse innovante et pratique qui va permettre aux artistes de proposer au marché des œuvres sans avoir à les exposer physiquement (…) Il est un des moyens qui leur permet d’être présent en permanence sur la galerie avec une facilité d’accès pour les connaisseurs et les différents usagers de ce domaine d’activité artistique».
Projet qui vient apporter «un plus» à un marché de l’art toujours confronté au manque de galeries, une situation encore aggravée pour les nouveaux artistes par la fermeture des rares espaces durant plus d’un an suite aux mesures décidées face à la crise sanitaire. L’AARC pointe la problématique en expliquant que le site permettra de confronter les jeunes artistes à la vision des «professionnels» : «Notre portail (…) veut aussi participer à faire évaluer la portée culturelle de l’œuvre créée par les artistes (…) Une œuvre n’a de valeur que si les professionnels de la culture lui en reconnaissent une.» Et la conviction derrière le lancement de lawhati.dz est en ce sens précisé par l’AARC : «Il est plus qu’évident que le marché de l’art doit de plus en plus intégrer ces nouveaux moyens de commercialisation en ligne pour vendre en toute sécurité et professionnalisme des œuvres du domaine des arts visuels.» n