Au moins 8 Palestiniens ont été tués et 350 autres ont été blessés hier par l’armée israélienne dans la bande de Ghaza. Ce nouveau crime de l’occupant sioniste contre des civils palestiniens a été commis lors d’une marche de protestation de plusieurs milliers de manifestants marquant le 42e anniversaire du Jour de la terre.

Parmi les Palestiniens tombés sous les balles des soldats israéliens figure un adolescent d’à peine 16 ans, a indiqué le ministère palestinien de la Santé en dévoilant hier  l’identité des sept martyrs. Ce dernier a même indiqué qu’un premier Palestinien a été tué par des tirs de l’artillerie israélienne tôt dans la matinée avant même le début des manifestations. Commémorant la date du 30 mars 1967, où 6 citoyens palestiniens  ont été tués par les forces israéliennes lors des manifestations contre les confiscations de leurs terrains par Israël, ce 42e anniversaire du Jour de la terre a donné lieu, hier, à une marche réclamée par toutes les factions politiques et plusieurs organisations de la société civile palestinienne dans l’enclave assiégée.
Des dizaines de milliers manifestants, selon des sources palestiniennes, ont ainsi  convergé en plusieurs points de rassemblement pour « la grande marche du retour », un mouvement de protestation qui doit durer six semaines pour exiger le « droit au retour » des réfugiés palestiniens et dénoncer le strict blocus de Gaza par l’occupant israélien. S’adressant aux manifestants, le chef du mouvement de résistance Hamas, Ismaïl Haniyeh, a déclaré que le peuple palestinien a prouvé à maintes reprises qu’il pouvait prendre l’initiative et faire de grandes choses. Le droit au retour des réfugiés reste une revendication palestinienne fondamentale et, pour les Israéliens, un obstacle majeur à la paix. Le statut d’El Qods est également un important point de crispation, encore plus depuis que le président américain Donald Trump a décidé de reconnaître la ville comme capitale d’Israël et d’y transférer l’ambassade des Etats-Unis.
Quelques heures avant le drame d’hier dans la bande de Gaza,  l’ambassadeur de  Palestine en Russie, Abdelhafiz Nofal,  a indiqué, à partir de Moscou, que les Palestiniens sont déterminés à poursuivre la lutte pour recouvrer leurs droits légitimes. Intervenant   lors d’une conférence de presse animée à l’occasion de la commémoration de la Journée de la terre, il a réitéré que « les terres palestiniennes et la ville sainte d’El-Qods ne sont pas négociables et ne sauraient faire l’objet de marchandage ». Le diplomate palestinien a fait de cette déclaration « un message que nous lançons aujourd’hui à la communauté internationale, alors que nous commémorons le 42e anniversaire de la Journée de la terre», a-t-il soutenu. « Les Palestiniens sont résolus à rester mobilisés pour recouvrer leurs droits. Pour cela, nos dirigeants privilégient un règlement politique (ndlr, du conflit israélo-palestinien) afin que notre pays n’intègre le concert international en jouissant de tous ses droits », a-t-il poursuivi, avant d’appeler de nouveau à une mise en place d’un nouveau mécanisme international de règlement de la crise au Moyen-Orient.