« Le Cours de la Révolution», cœur battant de la ville d’Annaba, était hier noir de monde. Des centaines de lycéens s’y sont rassemblés pour exprimer leur colère et leur refus de la décision de Trump de reconnaître

El Qods comme capitale d’Israël et d’y transférer l’ambassade américaine.  Une grande banderole noire, sur laquelle on pouvait lire en arabe « Qui es-tu Israël pour avoir une capitale ?», était accrochée à deux mâts porte-drapeau autour de laquelle s’agglutinaient des dizaines de lycéens. A un moment, un lycéen prit la parole pour dénoncer la décision du président des Etats-Unis disant que ce dernier est passé outre toutes les résolutions de l’ONU s’arrogeant le droit de décider qu’El Qods est la capitale de l’entité sioniste. «El Qods est à nous ! » a-t-il crié de toutes ses forces. Un slogan repris à l’unisson par des centaines de lycéens pour qu’ensuite la rue en prenne possession sous l’œil vigilant du service d’ordre déployé par la police tout le long de la place publique mais aussi dans les rues adjacentes. Une foule immense s’est rassemblée sur le parvis du Théâtre régional, rejointe par des passants qui, en entendant les mots « Palestine,
El Qods », s’étaient arrêtés pour « prêter main forte » aux jeunes manifestants criant eux aussi leur colère et leur indignation face à ce forfait dont les USA sont responsables. La foule en ordre de marche et scandant des slogans hostiles à l’Etat hébreu et à leur soutien, en l’occurrence les USA, s’était dirigée vers le siège de la wilaya pour s’y rassembler pendant près d’une vingtaine de minutes où ils avaient continué à scander les mêmes slogans. A aucun moment les forces de l’ordre ne sont intervenues si ce n’est pour régler la circulation qui s’est trouvée gênée par cet attroupement, mais c’était plutôt avec tact et amabilité que les agents ont pu canaliser le flux des lycéens venus de tous les établissements de la ville. Il faut dire que les réseaux sociaux ont été avant-hier envahis par des appels à manifester adressés aux lycéens avec pour point de rassemblement le Cours de la Révolution. Un appel dont le ou les auteurs restent inconnus mais qui a abouti à cette manifestation qui a rassemblé les lycéens de la ville qui ont boycotté les cours de la matinée pour répondre comme un seul homme à cet appel. Vers 11 heures, les manifestants se sont dispersés dans le calme et chacun a rejoint son lycée pour reprendre les cours l’après-midi. A noter qu’aucune association n’a encore appelé à ce jour à une manifestation de soutien à la Palestine