C’était il y a onze mois jour pour jour. Manchester United signait le plus gros transfert du mercato hivernal en recrutant Bruno Fernandes pour 55 millions d’euros. Ce n’était pas la première fois que les Red Devils signaient un gros chèque. Ses investissements massifs n’avaient pas toujours porté leurs fruits. Et il pouvait y avoir quelques doutes sur la capacité du milieu portugais, alors âgé de 25 ans, à briller sous le maillot mancunien en Premier League comme il l’avait fait dans le championnat portugais sous celui du Sporting. Onze mois plus tard, Bruno Fernandes ressemble plutôt à la meilleure recrue mancunienne depuis des lustres. Il l’a encore confirmé à Leicester au lendemain de Noël. Avec une petite déviation subtile pour offrir un but tout fait à Marcus Rashford et une frappe précise sur un service d’Edinson Cavani, le Portugais a été le grand artisan du point pris par Manchester United au King Power Stadium (2-2). Décisif, c’est bien le qualificatif qui convient le mieux à Bruno Fernandes. Avec 17 buts et 13 passes décisives depuis son arrivée chez les Red Devils, il est directement impliqué sur 30 des 59 buts de son équipe sur cette période en Premier League. Plus de la moitié. Un rendement exceptionnel pour un milieu de terrain.

« C’EST CE QUE TOUT JOUEUR DEVRAIT FAIRE »
Ole Gunnar Solskjaer n’a pas manqué de souligner, une nouvelle fois, à quel point Bruno Fernandes faisait la pluie et le beau temps chez les Red Devils après le nul ramené de Leicester. « C’est sans aucun doute un joueur qui a un impact sur les résultats, a-t-il sobrement commenté. Il crée des occasions, marque des buts et prend des risques. C’est ce que tout joueur de Manchester United devrait faire. C’est vraiment un garçon courageux. Il voit les bonnes passes et il les fait au bon moment. Je suis très content de son influence. » A ce poste de milieu offensif axial en soutien de l’attaquant qui lui convient à merveille dans le 4-2-3-1 de Solskjaer, Bruno Fernandes est dans les meilleures conditions pour exprimer ses qualités créatives et son instinct de finisseur. Cela lui joue parfois des tours, à l’image d’un ballon perdu dans son camp qui a amené le premier but des Foxes face aux Mancuniens. C’est le prix à payer avec un joueur qui prend des risques. Mais le jeu en vaut la chandelle tant le Portugais a transfiguré l’animation d’une équipe à la peine pour se créer des occasions avant son arrivée.

UN LEADER EXEMPLAIRE
Le talent est là. Mais Bruno Fernandes a encore d’autres qualités qui lui ont permis de tirer Manchester United vers le haut. A commencer par sa durabilité. Le Portugais est le deuxième joueur le plus utilisé de l’effectif de Solskjaer cette saison derrière Harry Maguire avec 1666 minutes de temps de jeu, toutes compétitions confondues. Il a participé à 22 des 23 matches des Red Devils depuis la reprise, malgré un calendrier démentiel. A trois exceptions près, il a été systématiquement titulaire. Parce qu’il est essentiel. Parce qu’il veut toujours jouer. Et parce qu’il est bien préparé.
Cette régularité témoigne de son professionnalisme. Il en fallait pour s’imposer dans un club aussi exigeant au sein d’un championnat aussi relevé. Si Bruno Fernandes a su s’y adapter avec un tel niveau de performances, c’est la preuve d’une mentalité exemplaire. Avec le Portugais, elle est même communicative. « C’est un homme fort de notre vestiaire dans la façon dont il traite les autres joueurs, explique Alex Telles. C’est vraiment un leader. Il aide tout le monde. C’est un honneur et une fierté d’avoir un coéquipier comme lui. »

LA HAINE DE LA DÉFAITE EST DE RETOUR À MANCHESTER
Des valeurs morales qui se traduisent aussi par sa volonté de vaincre. Bruno Fernandes est un gagneur qui attend son heure. Il a cette haine de la défaite que Manchester United avait perdu depuis le départ de Sir Alex Ferguson. Et que les Red Devils sont en train de retrouver. «C’est bien d’être déçu, a souligné le Portugais après le nul à Leicester. J’étais heureux de voir tout le monde déçus en rentrant dans le vestiaire, et se dire les choses que l’on devait améliorer. On est en train de créer une mentalité de vainqueur et on n’est pas heureux de ce point.»
Ce nul à Leicester, c’était bien deux points de perdus dans l’esprit de Bruno Fernandes. Le Portugais est bien du genre à les compter. Car ils peuvent toujours peser très lourd à l’heure du verdict. Et mettre en péril l’objectif qu’il a en tête. « La seule chose que j’ai manquée cette année, ce sont des trophées, déplorait-il récemment. Je n’ai pas de trophées avec ce club et je ne suis pas heureux à cause de ça. J’espère que 2021 sera une meilleure année dans ce sens. » Le stratège des Red Devils fait ce qu’il faut pour que MU soulève à nouveau un trophée. Et il le fait bien.