Dimanche, pour la 10e fois en 12 journées de Premier League, Riyad Mahrez se retrouvait en dehors du onze de départ de Pep Guardiola. Ce dernier semble avoir fait le choix de ne pas trop dépendre de l’Algérien en championnat. Du moins pour la première partie de la séquence 2021-2022. Une approche dictée par le déroulement de la CAN-2021 lors d’une période extrêmement décisive de la saison. L’Espagnol ne veut pas que l’absence, qui pourrait durer plus d’un mois, du Dz impacte sur le rendement global des « Citizens ».

Par Mohamed Touileb
C’est un Mahrez moins précis dans ses gestes qu’on a pu voir lors de la demi-heure qu’il a passée sur le terrain de l’Etihad stadium dimanche après-midi après avoir remplacé Foden à la 58e minute. Une frappe enroulée manquée, un contrôle orienté mal-exécuté et l’impression que le capitaine de l’équipe nationale est en manque de rythme et de confiance.
C’est le sentiment qu’il a donné lors des deux dernières apparitions avec l’équipe nationale en novembre contre le Djibouti et le Burkina Faso. Il est clair que le gaucher n’est pas dans les meilleures dispositions psychologiques. Et cela impacte directement sur son rendu footballistique.

La LDC en consolation
Au milieu de cette grisaille, il y a la Ligue des Champions où il continue à briller depuis la saison passée avec une implication dans 10 buts (8 réalisations et 2 passes D) sur les 10 derniers matchs. Pour l’opus 2021-2022, en 4 journées, il a déjà été titularisé à 4 reprises pour 4 banderilles. Si Guardiola a décidé de compter sur lui dans cette épreuve, c’est parce qu’il y aura une halte entre décembre et février quand Mahrez sera engagé avec l’EN dans la CAN-2021. Aussi, il a pu prendre part aux deux sorties dans l’EFL Cup (coupe de la Ligue anglaise) pour 2 réalisations et 1 offrande.
Cependant, les « Skyblues » ont été éliminés de cette dernière compétition. Ce qui veut dire que l’ancien sociétaire de Leicester City aura moins d’opportunités pour compenser le temps de jeu maigre en Premier League lors des semaines à venir. En tout cas, à compter du 27 décembre, il devrait rejoindre l’équipe nationale pour préparer le tournoi continental de la CAF qui s’étendra du 09 janvier au 06 février prochains. Malgré son nombre de minutes revu à la baisse en cette entame d’exercice en club, Djamel Belmadi ne semble pas vraiment alarmé par la situation de son capitaine. « On connaît tous son talent et ses capacités à faire la différence. Il est dans une très grosse équipe. Il est frustré quand il ne joue pas », estime l’entraîneur de l’Algérie.

Fraîcheur physique, le côté positif
Par ailleurs, il évoque un footballeur qui « a la particularité de pouvoir faire basculer le match à tout moment. Même quand il donne l’impression de ne pas être dans le match. Il arrive toujours avec beaucoup d’envie». De toute façon, « il joue au minimum un match par semaine, c’est déjà bien pour un joueur de haut niveau pour garder a compétitivité ».
Il est clair que le coach d’ « El-Khadra » pense que son protégé sera en bonne forme athlétique à la CAN. Le seul risque c’est qu’il soit en manque de rythme. Toutefois, Cet aspect reste rattrapable dans la mesure où le meilleur joueur d’Angleterre en 2016 aura la fraîcheur physique car il n’aura pas avalé beaucoup de kilomètres à mi-saison. Après tout, ce qui compte, c’est que le meilleur passeur (27 unités) de l’histoire de l’équipe nationale apporte sa plus-value au Cameroun. S’il brille, il retournera chez les Mancuniens avec un moral au top et prêt à en découdre pour la deuxième partie de saison souvent décisive dans l’agenda dense d’un club comme Man.City.