« Nous avons contrôlé le match ». Au micro de BT Sport, Kevin de Bruyne n’en rajoute pas. Il n’y a pas besoin. Manchester City a assuré sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions en toute tranquillité contre Mönchengladbach. 2-0 après 18 minutes. Vite fait, bien fait. Histoire de confirmer la victoire de l’aller (0-2) avant de continuer à confisquer le ballon pour dérouler. Histoire surtout de garder tous ses rêves de quadruplé !
Si Pep Guardiola n’a pas voulu s’étendre sur ce sujet avant la rencontre, Manchester City envoie des messages bien différents sur les pelouses. Très propre et avec une mécanique si bien réglée où tout le monde fait les efforts, le club mancunien, qui vient de signer une 24e victoire sur ses 25 derniers matches, ne cesse d’impressionner même si Mönchengladbach n’a pas offert un visage bien convaincant pour juger vraiment de la force collective des Sky Blues.
Il y a cependant un autre chiffre qui illustre la force mancunienne : le leader de Premier League a signé un septième match de rang en Ligue des champions sans prendre de but. Une stat impressionnante qui symbolise l’évolution de City cette saison. Et augure de belles choses. « C’est toujours important quand vous êtes solides en défense. Cela donne bien sûr confiance à toute l’équipe », s’est réjoui de Bruyne. « C’est vrai qu’on a encaissé qu’un but (en C1 cette année), contre Porto, c’est impressionnant et on ne peut pas nier que Ruben (Dias) et John (Stones) ont permis à l’équipe de faire un grand pas en avant », applaudit Guardiola sur BT Sport.
Métamorphosé défensivement dans le sillage notamment de l’arrivée de Ruben Dias, Manchester City espère que cette imperméabilité peut s’avérer déterminante pour aller au bout de ses ambitions en Ligue des champions. Une compétition qui lui échappe toujours et reste l’objectif numéro un des hommes de Pep Guardiola. « Il est important de comprendre que nous défendons avec le ballon. Tout le monde court beaucoup. Nous devons être agressifs sans le ballon », prévient cependant l’entraîneur mancunien en parlant notamment du pressing étouffant que mettent en place ses joueurs.