Bien moins probant sur les dernières saisons, Bernardo Silva n’affichait plus le même rendement avec Manchester City. Certes, son niveau n’était pas catastrophique et avec 5 buts ainsi que 9 offrandes en 45 matches l’an dernier, il avait été utile dans la conquête de la Carabao Cup et de la Premier League avec les Sky Blues.
Néanmoins, il souffrait d’une certaine neutralité dans son jeu et ses difficultés lors des face-à-face lui avaient fait perdre la place d’ailier droit au profit de Riyad Mahrez. Devenu un potentiel partant l’été dernier avec l’arrivée de l’Atlético de Madrid, Arsenal ou encore le Milan AC dans le dossier, l’ancien de l’AS Monaco semblait sur la pente descendante. Sorti d’un Euro compliqué avec le Portugal où il a été éliminé en 1/8e de finale contre la Belgique sans apporter grand chose, Bernardo Silva ne s’avançait pas avec la faveur des pronostics au moment d’aborder la saison.
D’autant plus que l’arrivée record de Jack Grealish contre 117,5 M€ en provenance d’Aston Villa semblait lui mettre des bâtons dans les roues. Finalement, il n’en a rien été, bien au contraire. Ce renfort offensif a semblé être une bénédiction pour Bernardo Silva puisqu’il n’entre plus dans la rotation offensif. Repositionné ainsi au milieu de terrain, il arrête de faire la bascule entre les différents postes et peut évoluer un cran plus bas. Très bon contre Norwich (2e journée, 5-0) et Arsenal (3e journée, 5-0), il a définitivement lancé sa saison lors du match suivant contre Leicester (1-0). Unique buteur de la rencontre et effectuant une prestation de grande classe, le natif de Lisbonne démontrait toute sa palette.

Indiscutable aux yeux de Pep Guardiola
«Nous sommes heureux qu’il soit ici. À l’avenir, nous verrons ce qui se passe. Il a très bien joué lors des deux derniers matchs et encore aujourd’hui. La connexion avec Jack Grealish et João Cancelo était brillante.» ne manquait pas de relever Pep Guardiola après le match. Partant de plus bas et pouvant davantage être dans la construction que sur son côté droit, Bernardo Silva se distingue aussi par une belle activité sans ballon. Récupérant de nombreuses fois la sphère, l’international portugais (64 capes, 8 buts) se montre d’ailleurs assez efficace pour le moment. Il compte déjà 4 buts et 1 offrande en 16 matches dont une réalisation contre Everton dimanche dernier (3-0).
Une nouvelle belle prestation à son compteur qui n’aura pas étonné Pep Guardiola. «En ce moment, c’est impossible de le sortir de l’équipe […]. Vu ce qu’il a réalisé cette saison, c’est difficile de trouver l’équivalent d’un joueur comme lui en Europe ou dans le monde» expliquait-il en conférence de presse avant le match contre les Toffees. Alors que son coéquipier Kevin De Bruyne, actuellement atteint du Covid-19, n’est pas dans sa meilleure forme, Bernardo Silva rassure Manchester City et montre pour le moment qu’il peut prendre le relais de son compère belge dans l’entrejeu. n